Pourquoi les chiens supportent-ils sans difficulté les sols froids ?

Des vaisseaux sanguins présents dans les coussinets du chien lui font tolérer des sols froids tout en maintenant la température corporelle

Des chercheurs japonais ont publié des travaux concernant la découverte, chez le chien, d’une structure particulière de vaisseaux sanguins présente au sein de leurs coussinets. En effet, l’article paru dans Veterinary Dermatology explique que ces vaisseaux permettent à l’animal de tolérer des sols froids tout en maintenant la température corporelle.

Ce type d’adaptation était connu chez les renards arctiques : en effet, on sait qu’un réseau sanguin spécifique leur permet de supporter des températures inférieures à -35°C, tandis que des longs poils isolent leurs coussinets du sol gelé. Cependant cela n’avait pas encore été mis en évidence chez le chien. Mais voilà que la donne a changé avec cette découverte concernant la structure des coussinets du chien en lien avec des répercussions sur la physiologie générale de l’animal.

Le Dr Hiroyoshi Ninomiya et son équipe de l’Université Yamazaki Gakuen de Tokyo ont observé, grâce au microscope électronique, au sein de la structure interne du coussinet plantaire du chien, des artères et veines présentant une proximité physique étroite. Ce qui témoigne d’échanges de chaleur entre les deux types de vaisseaux.

Ainsi le refroidissement du sang présent dans les veines de la patte (au contact du sol ou de l’air) ne serait que transitoire; le sang qui y circule étant rapidement réchauffé par la proximité du sang artériel provenant du cœur, avant de remonter vers le haut du corps.

Et le Dr Hiroyoshi Ninomiya sur BBC News d’ajouter :

« Il est bien connu que les manchots en Antarctique ont un système d’échange de chaleur à contre-courant dans leurs ailes et leurs pattes pour prévenir de la dissipation de la chaleur et garder leur corps au chaud. Nous avons découvert avec  beaucoup d’excitation que  les chiens possédaient également un tel système remarquable dans leurs coussinets « .

D’après le Dr Sarah Williams, du Royal Veterinary College de Londres, cette découverte pourrait suggérer que les ancêtres de notre chien domestique auraient vécu sous des climats froids nécessitant une adaptation de ce type. Ce qui est très intéressant sur le plan de l’évolution.

En effet, elle ajoute que « jusqu’à présent, on estimait qu’il n’était pas nécessaire, pour les espèces domestiques, de posséder une telle spécialisation”.

Voilà que concernant le chien, c’est à présent chose faite.

Crédit photo : Shutterstock

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Un commentaire ou une question ?

C'est parti !

Rédiger un commentaire

Merci de respecter la charte de publication du site.
Attention : votre commentaire sera visible par tous.

Réponse

Votre email ne sera jamais affiché publiquement

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>