Avec l’arrivée du printemps, faut-il davantage craindre la Leishmaniose, une maladie parasitaire grave pour votre chien ?

En France, la zone à risque de la Leishmaniose tendrait à s’étendre en remontant vers le nord-ouest

Quand craindre la Leishmaniose pour son chien ?

La Leishmaniose est une maladie parasitaire transmise au chien par un moustique sévissant au crépuscule : le phlébotome. D’abord considérée comme une maladie tropicale puis du pourtour méditerranéen, la zone où sévirait le parasite en France (Leishmania infantum) tendrait à remonter jusqu’à une ligne allant de Bordeaux à Lyon.

Mais il est arrivé que dans de rares cas, des chiens n’ayant jamais voyagé dans le sud et vivant dans le nord-ouest de la France aient contracté la maladie. Des cas de chiens contaminés près de l’aéroport de Brest posent l’interrogation du possible déplacement par avion de phlébotomes contaminés par le parasite, comme le signale le Dr Emmanuel Bensignor, Vétérinaire spécialiste en dermatologie.

Enfin, le parasite qui sévissait habituellement d’avril à octobre voit sa période d’activité augmenter en lien avec le réchauffement climatique.

Quels sont les moyens de lutte contre la Leishmaniose canine ?

Lutter contre le parasite revient d’abord à lutter contre les moustiques qui transmettent celui-ci. Pour cela il est donc nécessaire d’utiliser un répulsif (antiparasitaire externe sous forme de pipette spot on ou de collier) dont l’efficacité contre les moustiques est explicitement stipulée. En particulier, les pipettes répulsives de nouvelle génération s’avèrent plus efficaces et moins toxiques que les pipettes à base de perméthrine anciennement utilisées pour lutter contre le moustique. En parallèle, il est indispensable de désinfecter les locaux d’habitation.

Depuis 2011, la vaccination canine qui n’exclue pas la protection externe à l’aide d’un répulsif spécifique est également possible. Le vaccin qui ne lutte pas contre la contamination diminue en revanche fortement la probabilité que la maladie se développe. Le vaccin est d’ailleurs fortement recommandé pour les animaux voyageant en zone infectée. La vaccination du chien contribue également à enrayer la Leishmaniose humaine car l’animal est un important réservoir de parasites potentiellement transmissibles à l’Homme. A ce titre, il s’agit donc d’une zoonose. Mais cette maladie en expansion géographique a également émergé dans d’autres espèces y-compris le chat.

>>> VACCINS À RÉALISER À MON CHIEN <<<

Symptômes, diagnostic et traitement de la Leishmaniose canine

A côté de signes généraux (fatigue, amaigrissement, anémie, allure de vieux chien, gros ganglions) le chien présente des manifestations atteignant la peau et ses annexes orientant fortement le diagnostic (lésions avec pellicules, ulcères et croûtes sans sensation de grattage, pousse exagérée des griffes). Par ailleurs, il peut présenter des saignements de nez et dans certains cas des troubles nerveux, oculaires, digestifs, locomoteurs…

Le diagnostic est établi à partir de prélèvements de peau, de ponction ganglionnaire ainsi que d’une prise de sang. Un traitement au long cours ainsi qu’un suivi vétérinaire s’imposent.

progression-leismaniose-canine-chien-france

Crédit photos : Wikimedia – Shutterstock

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Un commentaire ou une question ?

C'est parti !

Rédiger un commentaire

Merci de respecter la charte de publication du site.
Attention : votre commentaire sera visible par tous.

Réponse

Votre email ne sera jamais affiché publiquement

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>