Morsures de chien et dangerosité : des chiffres qui parlent d’eux-mêmes

Aucun chien n’est plus dangereux qu’un autre, ni par la fréquence des morsures, ni par leur gravité

En effet, aucun type de chien n’est plus mordeur qu’un autre. C’est ce qu’a révélé officiellement le rapport INVS de mai 2011 suite à l’enquête nationale conjointe menée par l’INVS (Institut National de Veille Sanitaire) et Zoopsy (l’Association française des Vétérinaires Comportementalistes) menée entre le 1er mai 2009 et le 30 juin 2010, sur des morsures traitées dans les urgences de huit hôpitaux français*. Cette étude statistique de référence sur les facteurs de gravité des morsures de chien aux urgences a analysé les données recueillies  par 20 intervenants de ces services hospitaliers et 9 vétérinaires comportementalistes.

Une mise à jour de mai 2014 présente les résultats de la deuxième partie de l’étude dans un second rapport portant sur les séquelles consécutives aux morsures de chien. Ce second rapport porte sur l’enquête menée entre septembre 2010 et décembre 2011 dans les mêmes huit hôpitaux.

Globalement, Il s’agit de l’étude la plus récente et la plus complète réalisée dans le domaine

Les morsures de chiens étant de plus en plus médiatisées, ceci d’autant plus que le drame atteint gravement les victimes concernées et par extension l’ensemble de leurs proches et/ou que l’évènement pointe du doigt un morphotype de chiens déjà stigmatisé; il est important de sensibiliser les propriétaires de chiens sur ce phénomène sociétal au moyen de quelques données chiffrées. En particulier, à l’heure où le chien tient une place croissante et privilégiée dans nos foyers y jouant un rôle de plus en plus important.

L’objectif étant d’insister une fois de plus sur la prévention à mener pour éviter toutes morsures de chien dans lesquelles toutes les races sont potentiellement concernées. Rappelons-nous que le chien en tant qu’espèce est un être vivant pétri d’émotions. Bien que cela coule de source pour la plupart, il ne paraît pas toujours évident pour tous que le chien n’est pas une peluche et encore moins un jouet.

Un enjeu de santé publique

Pour l’organisme français, les morsures de chien constituent un véritable problème de santé publique puisqu’elles laissent des séquelles de nature physique, psychologique ou esthétique. Ainsi, 39% des victimes ont avoué avoir conservé des séquelles de la morsure. Il s’agissait de séquelles esthétiques (80%) suivies des séquelles physiques (15%) comme la perte de mobilité ou la douleur, puis des séquelles psychologiques (5%) comme les cauchemars ou la peur des chiens. Les femmes et les adultes ont déclaré plus de séquelles que les hommes et les enfants.

Certaines races plus impliquées dans ces accidents

L’étude a été réalisée à partir de 485 cas répertoriés (recours aux urgences pour morsure de chien) dont les victimes étaient âgées en moyenne de 28,8 ans (36 % avaient moins de 15 ans). Dans la majorité des cas, les lésions provoquées par les morsures étaient situées au niveau des membres supérieurs (50%), notamment au niveau de la tête (24%).

Quand cela était possible (pour 413 morsures), les chiens ont été regroupés selon la nomenclature de la Fédération Cytologique Internationale.

L’enquête a  montré que certaines races comme le Berger Allemand, le Jack Russel Terrier ou le Labrador, plus souvent des mâles, étaient majoritairement impliquées dans les morsures, bien qu’au total, une centaine de races soient en réalité concernées par ces statistiques. S’il s’agit des races les plus impliquées, c’est parce que celles-ci entrent les quinze premières races inscrites au Livre des Origines Françaises. Au total, seulement 18 chiens de catégorie ont été à l’origine de morsures : 15 Rottweilers et 3 Staffordshire terriers.

Les facteurs clés à l’origine des morsures

Cette enquête avait pour but d’éclairer sur les facteurs de gravité liés aux morsures. Les deux facteurs prépondérants révélés par l’enquête influençant la gravité des morsures sont d’une part la connaissance du chien mordeur par la victime, et d’autre part, l’âge de cette dernière.

Dans 78 % des cas, la victime connaît le chien qui l’a mordue, dans 36 % des cas, le chien vit dans le même foyer, dans 30% des cas, il appartient à une connaissance et dans 12 % des cas à la famille élargie. Le plus souvent , la morsure survient au sein de l’habitat.

Les adultes (en cherchant souvent à séparer deux chiens qui se battent) présentent des morsures plus graves que les enfants. Fait nouveau mis en lumière par l’étude puisque jusqu’à présent, on avait tendance à lire dans la bibliographie mondiale que les enfants étaient victimes de morsures plus délabrantes. Les enfants sont le plus souvent mordus lorsque le chien, par irritation, les agresse en signe de mise en garde. Pour les auteurs de l’étude : le chien exercerait moins de contrôle lors de la morsure d’un adulte que lors de mise en garde d’un enfant.

Objectif prévention

Aucun accident mortel n’a été déploré lors de cette enquête. Étude qui avait pour objectif d’établir un plan de prévention sous forme de campagnes, étayant les risques inhérents et cependant méconnus, liés à la possession d’un animal de compagnie.

A ce sujet, il est important de rappeler que les enfants ne doivent jamais être laissés seuls avec un chien, sans la surveillance active du détenteur et veiller en particulier à ce que l’enfant n’ait pas de gestes pouvant inquiéter l’animal.

L’éducation des enfants est fondamentale et devrait constituer le socle de la prévention : sachant qu’il peut être légitime pour un chien de se sentir menacé et de le signifier, les enfants doivent être les premières cibles des campagnes de prévention car ils ne décodent pas toujours correctement les signaux de menace de l’animal.

* Hôpitaux concernés par l’étude, situés à : Annecy, Béthune, Blaye, Fontainebleau, Le Havre, Limoges, Marseille, Verdun

Crédit photos : Shutterstock

Cet article devrait vous intéresser

american-staffordshire-terrier-enfant-18-mois-tue_catedog.com

DÉCÈS D’UN PETIT GARÇON DE 18 MOIS : LES MORSURES DE CHIEN, UN ENJEU DE SANTÉ PUBLIQUE

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (aucun vote)
Loading...

Un commentaire ou une question ?

C'est parti !

Rédiger un commentaire

Merci de respecter la charte de publication du site.
Attention : votre adresse e-mail ne sera jamais publiée, mais votre commentaire sera visible par tous.

Réponse

Votre email ne sera jamais affiché publiquement

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>