La place croissante du chat dans notre société : plus qu’une tendance

Depuis quelques années, le chien voit de plus en plus sa cote de popularité baisser au profit de celle du chat dont la population ne cesse de croître

La progression du chat dans les foyers français ne cesse de croître !

C’est le constat établi par les enquêtes successives de la FACCO de ces dernières années. Aujourd’hui, la France compte environ 7 millions de chiens contre 13 millions de chats.

La raison n’est pas une attirance moindre pour le chien, cette baisse résulterait plutôt des contraintes inhérentes à sa possession, notamment la nécessité de le faire garder lors de départ en week-end ou en vacances ainsi que l’engagement qu’il représente à long terme. L’absence de conditions appropriées (mode de vie) constitue également un argument récurrent. Le coût ne paraît pas représenter un facteur limitant. Enfin, la population vieillissante est plus nombreuse et plus active et moins encline à adopter.

Certains y voient une responsabilisation croissante des maîtres conscients de leurs devoirs envers l’animal qu’ils adoptent. Cette baisse importante de la possession de chiens a un impact direct sur le taux global de possesseurs d’animaux de compagnie. En parallèle, on constate une croissance de la stérilisation des animaux (les chats essentiellement).

En cinquante années, le statut du chat a réalisé un bond vertigineux

En effet, d’animal rural et chasseur de nuisible, le chat est devenu animal citadin et de compagnie. Autant dire, deux conditions à l’opposé l’une de l’autre !

Aujourd’hui, 68 % des personnes interrogées n’envisagent pas l’existence sans leur chat.

Les chats sont de plus en plus prisés par les citadins tandis que les chiens sont en baisse constante. Ce dernier fait plutôt l’objet d’un choix raisonné tandis que le chat est davantage adopté sur un coup de cœur ou grâce au hasard de la vie.

Les possesseurs de chats sont très attentifs à leur bien-être avec des répercussions sur le choix des accessoires, de la nourriture et de la litière, ainsi qu’à leur santé. Si globalement, la prise en charge du chat (vaccins, antiparasitaires externes et internes, identification, stérilisation) reste meilleure que celle du chien, des progrès restent encore à faire.

Concernant l’aspect affectif, l’attachement au chat serait plus fort que pour le chien, ce qui laisse présager un taux d’abandon moindre les concernant.

*FACCO : Chambre syndicale des fabricants d’aliments préparés pour chiens, chats, oiseaux et autres animaux familiers.

Crédit photo : Shutterstock – Catedog

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Un commentaire ou une question ?

C'est parti !

Rédiger un commentaire

Merci de respecter la charte de publication du site.
Attention : votre adresse e-mail ne sera jamais publiée, mais votre commentaire sera visible par tous.

Réponse

Votre email ne sera jamais affiché publiquement

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>