Soulager les personnes victimes du trouble de stress post-traumatique : un nouveau rôle pour des chiens d’assistance

Les chiens d’assistance aux Etats-Unis : une catégorie en pleine expansion aux droits et devoirs bien définis

Qu’est-ce que le trouble de stress post-traumatique (TSPT) ?

Les américains sont particulièrement sensibilisés au trouble de stress post traumatique ou TSPT (encore appelé en anglais post-traumatic stress disorder ou PTSD), une maladie mentale qui touche selon l’OMS 3,6 % de la population mondiale, toutes catégories confondues.

Pour cette raison, l’association caritative américaine Operation Freedom Paws ou OFP, située au sud de San Francisco, et présidée par Mary Cortani, s’est plus spécialement impliquée dans l’aide aux personnes souffrant de stress post-traumatique : tant de nombreux  vétérans du Vietnam ou de l’Irak que des civils y affluent. L’association a ainsi décidé de s’inspirer des chiens guides d’aveugle pour développer une autre fonction d’assistance chez le chien : l’accompagnement de personnes atteintes de TSPT. Pour ce faire, de jeunes chiens de refuge (moins de deux ans) sont sélectionnés et dressés en ce sens.

Le TSPT se manifeste chez les personnes ayant subi un traumatisme émotionnel de quelque nature qu’il soit, et qui ne peuvent plus, suite à cet événement, mener une vie normale. Le TSPT peut concerner une femme violée, un vétéran de guerre, une victime d’accident ou encore d’attentat…

La perception de l’environnement pour le malade atteint de ce trouble est altérée, ce dernier se comportant face à l’inconnu comme face à une grande menace.

Tout un cortège de symptômes bien identifiés caractérise cette affection : troubles du sommeil (cauchemars, insomnies) et de la mémoire, état anxieux avec hypervigilance ou humeur dépressive, crises de colère, de claustrophobie, de douleur ou attaques de panique. Le malade qui peut revivre en boucle le traumatisme initial n’est pas non plus épargné par le risque de suicide.

Les différents rôles du chien assistant les victimes de TSPT

Aux Etats-Unis, lorsqu’on est un chien spécifiquement éduqué pour améliorer la santé physique ou mentale de personnes déficientes, on appartient à la catégorie des service dogs.

Le rôle, de même que les droits et devoirs de ces chiens sont clairement définis dans l’Americans with Disabilities Act ou ADA (Lois sur les Américains handicapés).

 Etre celui qui rassure et qui sécurise

Le malade souffrant de TSPT est en permanence sur ses gardes et il est important que son chien le rassure en toutes circonstances, non seulement par sa présence et son calme, mais également par sa capacité à créer un petit périmètre sécurisé autour de son maître, en cas de nécessité.

Etre celui  qui rappelle son maître à la raison                                 

En cas de crise (colère, panique, flash-back) de la part du malade, le chien a appris et maîtrise les comportements permettant de récupérer l’attention de son maître et de ramener celui-ci à un état normal.

Etre celui qui conduit intelligemment son maître 

Quel que soit l’endroit où il se trouve, le chien sait se tenir et est capable de conduire son maître vers une sortie si le besoin se présente (lors d’une crise de claustrophobie par exemple). Mais il ne devient en aucun cas un chien de défense. Par ailleurs, le chien qui assiste les personnes souffrant de TSPT est dressé pour désobéir à son maître si la circonstance l’y contraint, en se figeant lorsque son maître devient trop nerveux par exemple.

 Etre aussi en quelque sorte un chien thérapeute !

Contrairement au cas des chiens guides d’aveugles, la personne atteinte de TSPT participe de façon active au dressage de son chien en se rendant chaque semaine au centre d’entrainement parmi les instructeurs. La personne apprend à ce dernier différentes tâches grâce au renforcement positif et apprend également à décoder les différents comportements de son animal.

Ce faisant, grâce au dressage, la personne souffrante bénéficie de tous les atouts d’une thérapie assistée par l’animal tout en cheminant vers un mieux-être, par l’intermédiaire de nouvelles perceptions sensorielles, d’échanges émotionnels forts, et du lien de confiance établi avec son chien, qui grandit jour après jour.

Crédit photo : Shutterstock

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Un commentaire ou une question ?

C'est parti !

Rédiger un commentaire

Merci de respecter la charte de publication du site.
Attention : votre commentaire sera visible par tous.

Réponse

Votre email ne sera jamais affiché publiquement

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>