Les différentes formes de maltraitance animale. Comment y remédier ?

Hormis les causes de mal-être en lien avec le trafic industriel des animaux de compagnie et pour lequel en particulier la profession vétérinaire s’alarme, il existe différentes formes d’atteinte directe au bien-être de nos chats ou de nos chiens, que ce soit par son propriétaire lui-même, de manière consciente ou inconsciente et parfois même dans le souci de bien faire, mais également dans le cadre de la médiation animale

La quatorzième conférence internationale sur la relation Homme-animal a été l’occasion de faire le point sur le sujet et de rappeler que loin d’être anecdotique, la maltraitance animale peut présenter plusieurs visages.

Différentes formes de maltraitance de l’animal de compagnie

La manifestation de violences intrafamiliales

L’animal de compagnie peut être maltraité alors qu’il n’est pas la cible directe de son persécuteur mais un élément participatif du scénario de violence.

• Sur les femmes

Selon une étude présentée par Shelby McDonald, de la Virginia Commonwealth University School of Social Work, 84 % des femmes réfugiées en centre pour violence domestique déclarent avoir été victimes de chantage par le biais de leur animal : en menaçant de battre ou de tuer le chat ou le chien du foyer, le conjoint violent intimide ainsi sa compagne, une manière d’exprimer son pouvoir et son contrôle. Pour plus d’une sur deux de ces femmes, l’homme serait passé à l’acte.

• Sur les enfants

La même étude relate que les enfants qui participent en général à la scène de violence sur l’animal ont été bouleversés pour 93 % d’entre eux. Ainsi, 20 % ont développé des troubles de l’attention et du comportement.

L’univers émotionnel de l’enfant est de fait considérablement perturbé car l’animal qui jouait un rôle de régulateur émotionnel pour celui-ci, est atteint dans son intégrité.

Par ailleurs, Franck Ascione de l’université de Denver explique que la cruauté envers les animaux chez l’enfant de 6-7 ans a deux origines : un défaut d’empathie ou alors le fait qu’ils en ont eux-mêmes été victimes. Cette cruauté chez l’enfant doit alerter car elle appelle d’autres formes de violence jusqu’à l’acte criminel.

L’anthropomorphisme

Le fait d’attribuer des émotions et une vie mentale au chat ou au chien du foyer n’est pas source de mal-être pour ceux-ci en L’absence d’empathie ressentie à leur égard ou tant que celle-ci demeure objective. Dans ces cas là, la personne s’occupe en général correctement de son animal en respectant ses besoins.

Cela devient problématique lorsque, dans de rares cas d’empathie objective, la personne commence à souffrir de troubles psychologiques qui peuvent l’amener à lui faire du mal consciemment.

Le bien-être de l’animal commence à être atteint lorsque la personne n’est plus capable de considérer les besoins réels de ce dernier et donc de s’en occuper correctement. C’est le cas des personnes qui sont dans l’empathie subjective, forme la plus représentée d’anthropomorphisme. Dans ce cas-là, l’animal peut être la victime de mauvais traitements qui résultent d’une perception erronée de sa condition, alors même que la personne pense souvent bien faire. Ce sera par exemple le cas d’un chat étreint ou caressé contre son gré, qui ne bénéficiera que de deux repas par jour, sans accès à l’extérieur et/ou sans cachette sécurisante ni stimulation enrichissante, autant de besoins respectant sa nature de prédateur parcimonieux. Ces erreurs commises par défaut de connaissance et de prise de conscience d’une différence de répertoire comportemental inhérente à une différence d’espèce sont autant de frustrations génératrices d’ennui ou d’anxiété pour le chat.

Par ailleurs, ce type d’anthropomorphisme peut déboucher sur l’attribution d’intentions ou de traits de caractères humains à l’origine de croyances légitimant une forme de maltraitance du type : les American Staffordshire terriers sont tous des chiens dangereux, les chats sont des animaux mesquins…

Le zoomorphisme

Contrairement à l’anthropomorphisme non critique dans lequel la personne projette sur un chat ou un chien réel des traits de caractère humains, le zoomorphisme correspond à l’intégration de caractères propres à l’animal afin d’échapper à la condition humaine. L’animal peut être réel ou imaginaire. La personne peut aller jusqu’à la chirurgie esthétique pour lui ressembler ou encore modifier ses conduites en les attribuant à l’animal qu’ils pensent être. Cet état d’esprit qui peut résulter d’une nature fantaisiste ou d’un trouble de la personnalité parfois grave est en revanche dénué d’empathie. Il peut aboutir à négliger ou maltraiter l’animal.

Les exigences excessives imposées à l’animal médiateur

Le chat ou le chien qui permet d’améliorer l’état de personnes en difficulté ne doit pas pâtir de la relation qui lui est imposée. Or le bien-être de l’animal peut être affecté dès lors qu’il y a un décalage entre les exigences qui lui sont imposées et les besoins des personnes. L’espèce, la race, le tempérament de l’animal, sa sensibilité aux bruits ou à la lumière, le type d’activités réalisées, l’environnement, sont autant de paramètres à prendre en compte. Temple Grandin, Professeur en sciences animales à l’université du Colorado (USA) insiste notamment sur la nécessité d’une évaluation individuelle de l’animal en fonction de l’activité.

Quels remèdes à ces différentes formes de maltraitance de l’animal de compagnie

La détection précoce de conduites violentes chez les enfants

La prévention de la cruauté enfantine envers les animaux est une mesure essentielle qui peut être mise en place facilement par le biais d’un suivi psychologique. Pour faciliter cette prise en charge, des outils comme des robots en forme d’animaux (par exemple des peluches réagissant au toucher) existent.

L’intégration des animaux dans les centres de femmes battues

Selon l’analyse de Shelby McDonald, un tiers des femmes qui subiraient des violences domestiques n’osent pas se rendre en centre d’accueil pour femmes battues car elles s’inquiètent pour leur animal. Il faudrait donc que ces femmes puissent trouver refuge dans ces centres avec leur chat, leur chien…

L’évaluation de la qualité de vie de l’animal en consultation vétérinaire

La qualité de vie d’un animal familier peut notamment être évaluée au travers de la réalisation méthodologique de grilles. Celles-ci permettent d’évaluer les besoins essentiels du chat sain ou du chien malade afin de maintenir ou d’améliorer leur qualité de vie et de suivre l’évolution de leur état de santé. Cet outil est utilisé dans le cadre d’une collaboration entre le propriétaire et le vétérinaire afin que ceux-ci trouvent ensemble les solutions les plus adaptées pour l’animal tout en s’attachant à considérer en permanence son point de vue propre.

La médecine légale vétérinaire

La médecine légale permet de distinguer chez l’animal des blessures d’origine accidentelle de celles générées sous les coups. Elle a également la possibilité de porter à la connaissance des tribunaux ces éléments de discrimination.

L’encadrement de la médiation animale

La quatorzième conférence internationale sur la relation Homme-animal a insisté sur la nécessité d’encadrer cette pratique tripartite qui met l’accent sur le bénéfice de l’interaction entre l’animal et la personne en difficulté avec la participation d’un tiers dont la présence s’avère indispensable pour encadrer la relation. Tout en sachant que l’animal est plus productif si celui-ci est un professionnel.

Par ailleurs, il a été notifié l’importance que ce dernier soit formé à identifier les paramètres du bien-être animal et leurs altérations en considérant celui-ci du point de l’animal lui-même et non de celui de l’humain.

Enfin, les chercheurs ont encouragé la mise en œuvre d’un travail multidisciplinaire permettant de définir des règles officielles ainsi que des programmes de formation théoriques et pratiques.

Crédit photo : Shutterstock

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (aucun vote)
Loading...

Un commentaire ou une question ?

C'est parti !

Les commentaires et questions sont provisoirement fermés. Merci de votre compréhension

Rédiger un commentaire

Merci de respecter la charte de publication du site.
Attention : votre commentaire sera visible par tous.

Réponse

Votre email ne sera jamais affiché publiquement

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>