Grande campagne et pétition contre l’utilisation de chiens et de chats dans les tests scientifiques

L’association belge Gaia, qui se bat depuis des années contre l’expérimentation animale, lance une nouvelle campagne à travers l’Europe

L’expérimentation animale est un sujet qui a fait couler beaucoup d’encre et qui continue de défrayer la chronique malgré les considérables progrès réalisés en la matière. En effet, l’essor des méthodes alternatives a permis de considérablement diminuer l’utilisation des animaux à des fins scientifiques.

En Europe, une réglementation rigoureuse encadre une telle utilisation. Elle cible autant la provenance des animaux impliqués dans les protocoles scientifiques que les locaux utilisés ou encore les expérimentateurs qui y participent.

En Belgique, par exemple, une loi a interdit l’utilisation d’animaux pour la recherche dans les produits cosmétiques. Mais l’association belge Gaia, représentée par son président Michel Vandenbosch, pense que ce n’est pas suffisant et demande l’arrêt total de l’utilisation d’animaux en bonne santé et en particulier des chiens et des chats.

Selon un rapport de Gaia, près de 1 600 chiens ont été utilisés en 2014 dans des laboratoires belges et représente une forte hausse après plusieurs années de baisse. Par contre l’association souligne que seuls 120 chats ont été utilisés cette année contre 630 en 2011.

Pour Gaia, cela n’est pas acceptable. «On ne mesure que très mal la souffrance de ces animaux sains, auxquels on fait prendre des médicaments ou des substances toxiques», déplore son président qui dénonce les conséquences « effroyables » que supportent les animaux : «stress, convulsions, vomissements, crises d’angoisse, paralysie… et enfin la mort pour la majorité des chiens dans les laboratoires».

Michel Vandenbosch met aussi l’accent sur l’utilisation répétée des beagles dans les laboratoires, cette race de chiens étant réputée « pour bien tolérer la douleur ». «Ce sont des chiens gentils et affectueux, qui font l’objet d’abus au nom de la science. Les chercheurs choisissent sciemment cette race de chiens, précisément parce que ces animaux font confiance à l’homme, sont très doux et tolèrent ».

On se souvient par exemple d’une expérience très médiatisée en 2009 pour laquelle une femelle Beagle fut génétiquement modifiée par des chercheurs sud-coréens pour créer le premier chien fluorescent. Cette expérience avait permis d’aider la découverte de remèdes à des maladies humaines comme les maladies de Parkinson ou d’Alzheimer, mais également dans le traitement de plus de deux cents maladies qu’auraient Hommes et chiens en commun.

C’est pourquoi selon les chercheurs, l’expérimentation animale ne peut être abolie en totalité et demeure nécessaire.

Si pour l’association Gaia, la recherche sur des animaux en bonne santé n’est pas envisageable, dans certains cas cependant, comme la recherche d’un remède contre le sida du chat par exemple, l’utilisation d’animaux incurables pour tester certains médicaments devrait être autorisée. A condition de respecter également en parallèle certaines conditions.

Pour apposer votre patte et signer la pétition, rendez-vous sur le site : www.pattition.be

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (aucun vote)
Loading...

Un commentaire ou une question ?

C'est parti !

Les commentaires et questions sont provisoirement fermés. Merci de votre compréhension

Rédiger un commentaire

Merci de respecter la charte de publication du site.
Attention : votre commentaire sera visible par tous.

Réponse

Votre email ne sera jamais affiché publiquement

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>