Infections parasitaires internes • chat

Les thèmes abordés

Modes d’infection parasitaire chez le chat

Le comportement naturel du chat le prédispose aux infections parasitaires tout au long de l’année : le chat mange souvent à même le sol, il boit dans les flaques d’eau, se toilette en se léchant l’anus, attrape dans sa gueule d’éventuels objets présents au sol. Les chats peuvent également être infectés par des proies (souris, lapins) ou par des puces qui peuvent héberger le parasite.

modes_infection_parasitaire_chat

La seule façon d’éviter la contamination par des parasites internes est de vermifuger votre chat.

Utiliser des produits de prévention contre les parasites internes tout au long de l’année constitue une condition sine qua non à la limitation des infections, mais peut parfois se révéler insuffisant pour garantir le risque zéro.

En effet, les parasites internes qui possèdent un développement cyclique (les ankylostomes, par exemple), repeuplent de façon périodique l’intestin du chat, s’y développant jusqu’au stade adulte et excrétant ensuite des œufs dans les selles. Or les œufs et les kystes produits ne sont pas toujours sensibles aux antiparasitaires utilisés en prévention ou en traitement.

En outre, il arrive que le maître du chat n’administre pas toujours comme il le devrait, les traitements préventifs.

quand-vermifuger-chat

Facteurs d’infection par les parasites chez le chat

L’historique médical du chat ainsi que son mode de vie, indiquent notamment la probabilité qu’il soit ou non infecté.

Parmi les facteurs d’infection parasitaire, on trouve :

• L’âge du chat.

• La provenance du chat, en cas d’adoption récente (refuge, par exemple).

• La fréquentation habituelle de parcs par le chat.

• Une prévention antiparasitaire interne régulière ou non.

• La présence de puces.

• La proximité éventuelle de rongeurs ou de blattes.

• L’existence d’autres maladies.

facteurs_infection_chat

Même un chat vivant principalement à l’intérieur peut quand même être exposé aux parasites.

Comment détecter la présence de parasites internes chez le chat ?

L’analyse de selles, effectuée par un laboratoire d’analyses, encore appelée coproscopie ou analyse coprologique, permet de détecter la présence de parasites dans les selles du chat.

Tout en prenant soin de son chat et bien que celui-ci vive dans un environnement sain, il arrive qu’il soit indirectement contaminé par d’autres animaux (animaux errants) eux-mêmes infectés, qui viennent faire leurs besoins dans les mêmes jardins ou parcs que lui.

Quand faire réaliser des analyses de selles chez le chat ?

La CAPC (Companion Animal Parasite Council) aux Etats-Unis préconise la réalisation d’analyses appropriées des selles du chat :

• Au moins 2 à 4 fois au cours de leur première année de vie du chat.

• Puis 1 à 2 fois par an, à l’âge adulte du chat.

Actuellement, les coproscopies constituent une part importante de l’examen de routine du chien et du chat. Elles permettent une détection optimale des infections parasitaires. Il revient au vétérinaire de solliciter cet examen.

Tutoriel vétérinaire

Comment faire avaler un vermifuge en comprimé à son chat

Docteur Laurence Dillière Lesseur, Vétérinaire Comportementaliste

Cet article vous a-t-il été utile ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (5 votes, moyenne : 4,80 sur 5)
Loading...

Un commentaire ou une question ?

C'est parti !

Rédiger un commentaire

Merci de respecter la charte de publication du site.
Attention : votre commentaire sera visible par tous.

Réponse

Votre email ne sera jamais affiché publiquement

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>