Passage de la mère chienne à l’humain chez le chiot

Les thèmes abordés

Le rôle de la mère envers le chiot

chienne-mere-chiot

Présence continue auprès de la portée et modelage éducatif

Le rôle éducatif de la mère consiste essentiellement à apprendre à ses chiots à se contrôler. Ceci en imposant régulièrement des phases d’arrêt, au cours des jeux, au sein de la fratrie.

Pour cela, elle doit rester constamment auprès de ses chiots jusqu’à l’âge de deux mois. Chaque fois qu’un chiot mordille trop fort un autre chiot, ce dernier émet un cri aigu, et la mère réprime alors le chiot mordeur.

De même, certaines mères n’hésitent pas à se jeter sur un chiot et à s’asseoir dessus si celui-ci est trop agité.

N’importe quel chien adulte fait l’affaire

Ce rôle peut être avantageusement mené par tout autre chien adulte vacciné.

Un âge limite pour l’acquisition de la morsure inhibée

À 3 mois d’âge, au maximum, le chiot doit avoir acquis la morsure inhibée (capacité à ne plus mordiller ou à savoir attraper avec la gueule mais sans serrer) et l’ensemble des autocontrôles (savoir se calmer seul).

Le rôle du maître envers le chiot

maitre-chiot

Pourquoi prendre le relais de la mère à l’acquisition du chiot

A l’acquisition de votre chiot (en général vers 2 mois), il est impératif de prendre le relais de la mère ou de tout autre chien adulte qui aura commencé son éducation.

Ceci au risque de perdre les acquis précoces (voire aller dans le sens inverse en excitant le chiot à tirailler des jouets) et d’engendrer chez lui une hyperactivité pathologique (chien incapable de tenir en place, de communiquer normalement avec d’autres chiens et mordillant constamment).

De quelle manière

Tout d’abord, en restant calme

Ceci afin de lui montrer l’exemple. La colère, la punition, les cris ou les coups renforcent l’excitation du chiot !

En pratiquant les manœuvres successives suivantes :

• Enoncer un “non” ferme lorsque le chiot commence à s’exciter ou à mordiller une partie de votre corps (seuls ses jouets peuvent être mordillés) tout en levant doucement l’index (signal visuel).

• Basculer gentiment votre chiot sur le dos en le maintenant sans crispation (d’“une main de fer dans un gant de velours”) jusqu’à qu’il se calme s’il se débat légèrement. Si le geste est pratiqué avec une « douce fermeté », le chiot se détend instantanément jusqu’à l’immobilité.

• Reprendre la manœuvre si le chiot s’agite à nouveau.

• Cesser toute interaction durant cinq minutes.

On conseille de faire réaliser cette séquence plusieurs fois par jour à chaque membre de la famille. Très rapidement, le chiot s’arrête dès qu’il entend l’ordre : “non”.

Après l’âge de 3 mois, on cesse cette pratique.

Quelques consignes

En cas d’aboiement exagéré ou d’accrochage de la gueule de votre chiot à vos vêtements :

• Saisir son museau en arrière de sa truffe et serrer en souplesse jusqu’à obtenir un léger gémissement (à l’instar de la mère qui prend tout le museau du chiot dans sa gueule).

• Lâcher dès que le chiot émet un léger cri et cesser l’interaction durant quelques minutes.

Eviter les jeux d’excitation ou avec des objets qui roulent 

Préférer des objets qui s’immobilisent.

Proscrire les jeux de tiraillement

C’est-à-dire les jeux dans lesquels on s’amuse à tirer plus fort que le chien un jouet qu’il tient dans sa gueule. Ceci va à l’encontre de l’objectif de contrôle que l’on souhaite obtenir.

Quand le chiot rapporte le jouet lancé, continuer uniquement s’il le lâche spontanément

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (aucun vote)
Loading...

Un commentaire ou une question ?

C'est parti !

Rédiger un commentaire

Merci de respecter la charte de publication du site.
Attention : votre commentaire sera visible par tous.

Réponse

Votre email ne sera jamais affiché publiquement

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>