La communication chez le chiot

Les thèmes abordés

Comment un chiot communique-t-il ?

Une communication non verbale entre le maître et son chien

communication_education_chien

Dénués de parole, les chiens maîtrisent parfaitement la communication corporelle et émotionnelle, synonyme de survie en groupe.

Respecter les lois de l’apprentissage

Le chien ne se projette pas en pensée dans le temps, comme nous sommes capables de le faire, c’est pourquoi une bonne communication passe par l’association d’évènements ayant une continuité dans le temps.

La récompense comme la punition doivent suivre immédiatement les actes à renforcer ou à réprimander.

Ajuster notre registre de communication

Les trop longs discours sont inutiles pour une espèce qui n’a pas accès au langage. Si le chien comprend certains mots, c’est en référence à des situations expérimentées, pour lesquelles, il aura appris à associer ces mots. Ainsi certains chiens sont capables d’assimiler plusieurs centaines de mots associés à autant de contextes différents.

En revanche, le ton, les variations d’intensité dans la voix, la fermeté ou la douceur (parler de la même manière que l’on parle aux bébés) véhiculées par les mots, l’intention que le maître exprime, mais également ses postures corporelles, constituent des repères majeurs pour le chiot, qui associés au contexte, lui permettent d’en dégager une signification, de plus en plus précise, en fonction de la vivacité d’esprit de l’animal et de l’intensité des situations.

Dès que le chiot a bien répondu, il est nécessaire d’arrêter l’interaction sans chercher à rajouter des explications verbales au chiot qui, s’il est submergé par un flot de paroles, risque alors de moins bien mémoriser l’apprentissage.

Exemple

Un chiot qui vient de faire une bêtise, pour laquelle il adopte une posture d’apaisement (oreilles et queue basse, ayant tendance à se coucher en exposant parfois son ventre ou son flanc), car il a détecté notre courroux à notre attitude posturale, parfois même avant que nous ayons prononcé un mot, achève le dialogue avec nous en marquant qu’il a compris, comme il le ferait avec sa mère.

Il n’est pas nécessaire de poursuivre l’interaction avec lui.

Le rôle du groupe d’origine

La mère

Le chiot aura appris à communiquer dans son groupe familial d’origine sous l’égide de sa mère.

C’est pourquoi la communication acquise sera d’autant meilleure que la mère du chiot aura été calme, non stressée, rassurée, disponible et elle-même une bonne communicante.

La fratrie et les autres chiens adultes

Ceux-ci possèdent également leur rôle dans l’acquisition d’une communication claire et apaisante pour le chiot.

L’être humain

L’humain parachève cette dernière en permettant au chiot de s’adapter, tout en favorisant son équilibre émotionnel, à des conventions relationnelles différentes, puisqu’ils appartiennent tous deux à des espèces différentes.

La communication en pratique

Globalement, il est donc important de se rapprocher de la communication canine (posturale et non verbale) pour se faire comprendre, car ce n’est pas le chien qui s’élèvera à notre niveau mais nous qui devrons nous adapter au sien.

Il est important d’observer le chiot pendant les interactions et de respecter ses messages, particulièrement ceux d’apaisement.

Posture d’affirmation de soi

Cette posture consiste à incliner légèrement le corps vers l’avant, en élargissant les épaules, en gonflant le torse et d’un air affirmé. On regarde le chien sur la croupe et on évite les coupures dans les déplacements et les gestes.

Application

En cas de réticence du chien à obéir, il est possible de recourir au précepte qui nous dit que « l’union fait la force ».

De manière pratique, les membres de la famille peuvent réaliser une coalition physique, c’est-à-dire se regrouper “en rang d’oignons”, pour faire face au chien tout en dégageant l’accès au panier.

Une fois en ligne, tous lui ordonnent d’une même voix d’aller “à sa place” tout en pointant avec l’index la direction du panier.

Posture d’invitation au jeu

Cette posture associe différentes positions et mouvements avec l’appel du chiot par son nom sur un ton enjoué :

• On se met en position accroupie.

• On  lève et descend légèrement et alternativement le corps.

• On tapote la main sur la cuisse.

Application

Si votre chiot refuse de revenir vers vous, adoptez la posture d’invitation au jeu et félicitez-le chaleureusement dès qu’il est à votre contact. Ne le punissez surtout pas même s’il a mis un peu de temps à revenir. Il comprendrait qu’il est puni parce qu’il est revenu !

Interprétation des gestes et des mots

Attention

Si l’on prend dans ses bras un chien qui vient de mordre, et qu’on lui parle doucement et sur un ton amical (par exemple, si on lui dit d’un air compatissant: “ce n’est pas bien ce que tu as fait, tu es un méchant chien”), il n’interprète pas le message transmis comme une punition mais comme une récompense.

Cela renforcera donc ce type de comportement la fois suivante.

Dans une telle situation, il faut être ferme et “périphériser” le chien en le renvoyant à sa place.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (aucun vote)
Loading...

Un commentaire ou une question ?

C'est parti !

Rédiger un commentaire

Merci de respecter la charte de publication du site.
Attention : votre commentaire sera visible par tous.

Réponse

Votre email ne sera jamais affiché publiquement

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>