Lutter contre les aboiements chez le chien

Les thèmes abordés

Causes d’aboiements intempestifs chez le chien

aboiement_chien

A l’état naturel

Avant de formuler des conseils de base, il est important de souligner que les vocalises, chez le chien, à l’état naturel sont plutôt restreintes.

Limitées à leur strict minimum, elles évitent à l’animal de se faire repérer par d’éventuels prédateurs.

Au contact de l’humain

Causes des aboiements

Au contact de l’être humain, les aboiements chez le chien ont pris de l’ampleur : ils ont pour fonction d’alerter, d’attirer l’attention ou sont associés à des manifestations émotionnelles diverses.

Mais ils possèdent également une composante génétique non négligeable que l’humain a lui-même volontairement sélectionné dans certaines races. Les chiens de vènerie, par exemple, sont ainsi réputés pour leur propension à aboyer.

Hormis cette composante héréditaire, les aboiements peuvent être renforcés par les maîtres qui font part d’un comportement réceptif envers leur chien. Mais les vocalises peuvent également être renforcées en l’absence du propriétaire.

Il existe également des troubles avérés du comportement qui peuvent se manifester par des aboiements. Un trouble de la communication ou encore une hyperactivité peuvent, par exemple, générer des aboiements récurrents et excessifs.

Les causes peuvent donc être variées.

Exemple d’aboiements autorenforcés

Donnons un exemple de contexte fréquent d’aboiements renforcé à l’insu des maîtres : le facteur qui dépose le courrier dans la boîte aux lettres déclenche des aboiements réactionnels de la part du chien.

Puis le facteur s’éloigne pour continuer sa tournée.

Cependant le chien qui constate cet éloignement, “interprète” que ses aboiements ont fait fuir le facteur.

Cela encourage le chien à recommencer la fois suivante.

Conséquences des aboiements

Les causes doivent être identifiées pour permettre de régler ce problème aux conséquences néfastes, parfois source de litige de voisinage.

Une visite chez un vétérinaire permet par ailleurs d’éliminer un trouble du comportement qui, s’il existe et n’est pas traité, peut s’aggraver.

Une fois cette hypothèse éliminée, il faut adopter en priorité des mesures de bon sens.

Mesures à adopter contre les aboiements intempestifs du chien

Il n’existe pas de remède miracle aux aboiements intempestifs, ceux-ci pouvant être multifactoriels. Il est avant tout nécessaire d’en déterminer l’origine.

Chez un chien surexcité, le conseil préliminaire est de travailler en amont de la cause pour abolir tout état de surexcitation présent.

En l’absence de trouble comportemental avéré, voici quelques techniques :

Adapter le mode de vie du chien

Ne pas laisser un chien seul, dehors pendant des heures durant lesquelles il aboiera sur des passants qui longent la clôture de son territoire.

Ne pas répondre à votre chien

Ne pas répondre aux sollicitations d’un chien qui aboie en votre présence pour obtenir une demande (qu’il s’agisse d’attention ou d’autre chose).

Le comportement finira pas s’éteindre, mais à l’unique condition que vous ne répondiez plus jamais. Répondre, ne serait-ce qu’une seule fois de temps en temps, entretient et ancre le comportement d’aboyer.

Il ne faut surtout pas le caresser et lui parler doucement pour le faire arrêter. Cela renforce le comportement au lieu de l’éteindre.

Isoler momentanément votre chien

Il n’est toujours possible d’ignorer son chien car certains individus paraissant inépuisables. Il est possible d’ isoler momentanément votre chien jusqu’à ce qu’il se calme. S’il se remet à aboyer quand vous le faites entrer, isolez-le de nouveau quelques minutes. Et ainsi de suite.

Mettre en place une consigne

• Le surprendre et l’interrompre systématiquement au moment où il commence à aboyer en énonçant une consigne d’une une voix ferme. Mettre en place l’ordre silence par exemple. Le précéder de son nom.

Puis profitez-en pour orienter son comportement vers autre chose.

• Travailler le « assis-pas bouger » en milieu calme pour pouvoir disposer de la consigne, le moment nécessaire.

Conseils divers

Ne pas crier plus fort que lui aboie.

Participer à des cours d’éducation canine en groupe avec d’autres chiens, s’il aboie envers ses congénères, afin d’entretenir sa socialisation et d’améliorer son comportement en groupe.

Apprendre à un chiot à rester seul.

Tout échec doit motiver une demande de conseils auprès de votre vétérinaire, voire une consultation par un vétérinaire comportementaliste.

Bon à savoir

Si le chien est équilibré et ne présente pas de trouble avéré, il est possible en votre absence, de lui faire porter un collier-spray radiocommandé qui libère un spray inoffensif. Celui-ci surprend suffisamment votre chien pour lui faire interrompre son comportement indésirable. Attention à bien en respecter les consignes d’utilisation. Certains chiens parviennent à déjouer cette ruse du maître !

Avant d’utiliser ce type de collier, parlez-en à votre vétérinaire qui éliminera au préalable l’existence d’un trouble émotionnel.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (aucun vote)
Loading...

Un commentaire ou une question ?

C'est parti !

Rédiger un commentaire

Merci de respecter la charte de publication du site.
Attention : votre adresse e-mail ne sera jamais publiée, mais votre commentaire sera visible par tous.

Réponse

Votre email ne sera jamais affiché publiquement

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>