Comportementaliste

Présentation du métier

Définition

On entend par comportementalisme, le champ de compétences professionnelles axé sur la relation que le maitre entretient avec son animal de compagnie.

Problématique

Le Comportementalisme animal a connu un essor considérable ces dernières années, à tel point qu’aujourd’hui, nombreux sont ceux, provenant de tout bord, qui exercent ou revendiquent cette activité.

L’absence de formation ou de diplôme de certains leur faisant même usurper ce titre, sans que, pendant longtemps, aucun cadre ne vienne légiférer sur ce sujet.

En conséquence

Sous la bannière “Comportementaliste”, il est donc impératif que chaque maître puisse reconnaître et distinguer les compétences des différents professionnels proposant ce service.

Formations au comportementalisme

L’éducateur comportementaliste

Définition

L’éducateur revendiquant une activité de comportementaliste a en général reçu une formation sur la relation homme-animal dépassant le cadre plus restreint d’une formation de “dressage canin” à des apprentissages de base.

C’est ainsi que plusieurs écoles de formation ont fleuri ces dernières années dans ce domaine.

Bien sûr ces formations ne tiennent pas compte des aspects médicaux sous-jacents et de leurs interactions éventuelles avec l’état émotionnel de l’animal puisque l’éducation canine oeuvre hors du champ de la médecine.

Le bagage de connaissances abordé par tout éducateur comportementaliste en général, est mixte, il porte à la fois sur :

• L’éthologie

L’éthologie est la connaissance du répertoire comportemental du chien et de la communication canine.

• La psychologie

Le groupe famille-chien constitue un système dans lequel chaque individu influe sur les autres, et en cela peut constituer involontairement un système générateur de troubles pour l’animal.

Le vétérinaire comportementaliste

Un vétérinaire avant tout

En ce qui concerne les vétérinaires diplômés en comportement, le Doctorat Vétérinaire est un préalable requis à l’obtention du diplôme.

Le vétérinaire est par définition le professionnel compétent pour prendre en compte les aspects médicaux sous-jacents prédisposant l’animal à des perturbations émotionnelles éventuelles, puisqu’il oeuvre au coeur du champ de la médecine.

Un diplôme supplémentaire en médecine du comportement

• Le DIE de Vétérinaire Comportementaliste

Seul le diplôme donnant le titre de Vétérinaire Comportementaliste Diplômé des Écoles Nationales Vétérinaires Françaises (DENVF), était reconnu jusqu’en 2013, diplôme qui porte depuis juin 2015  le titre de Titulaire du Diplôme Inter-Ecoles (DIE) de Vétérinaire Comportementaliste.

D’autres formations ou diplômes ont vu le jour depuis, au sein de la profession.

• Le DU de Psychiatrie Vétérinaire

Le DIE de Vétérinaire Comportementaliste a été remplacé par le Diplôme Universitaire (DU) de Psychiatrie Vétérinaire.

La formation est identique et la liste de l’ensemble des diplômés est consultable sur le site http://zoopsy.com.

D’autres diplômes uniquement accessibles pour les vétérinaires et mêlant connaissances en éthologie, en médecine interne, en diagnostic et traitement (médicamenteux et comportemental) des troubles du comportement ont également vu le jour :

• Le Certificat d’Etudes Approfondies Vétérinaires (CEAV)

• Le Master d’éthologie clinique vétérinaire

• Le Diplôme de Spécialiste en médecine comportementale vétérinaire délivré par le Collège Européen

La consultation de comportement

• Une démarche médicale

Une consultation vétérinaire pour un problème comportemental procède d’une véritable démarche médicale : recueil de commémoratifs, sémiologie rigoureuse, établissement d’un diagnostic et d’un pronostic, mise en place d’une thérapie et d’un suivi.

Toute maladie organique, directement ou indirectement responsable des troubles, doit être diagnostiquée et traitée.

• Une prise en charge précoce

Comme pour toute affection, la précocité d’une prise en charge correcte d’un trouble comportemental est un facteur pronostique important, qu’il s’agisse d’un trouble du développement comportemental, d’un trouble de la relation homme-chien, d’une affection strictement psychiatrique.

La prescription de médicaments adaptés est du seul domaine des vétérinaires, spécialisés ou non, et ne peut s’effectuer sans consultation médicale préalable.

Le traitement médical, s’il est jugé nécessaire, correctement conduit, a pour but d’augmenter les chances de guérison ou d’amélioration de l’état de l’animal.

Il ne s’agit donc en aucun cas de “droguer” les chiens en induisant une camisole chimique stricte mais il serait contraire aux données acquises de la science de vouloir s’affranchir obscurément de prescriptions adaptées.

• Une formation continue

Par ailleurs, les vétérinaires diplômés en comportement suivent en outre régulièrement des formations actives avec des psychiatres, des psychologues, des éthologues et l’utilisation récurrente des thérapies comportementales, cognitives, et systémiques fait partie intégrante de leur exercice.

• Une coopération avec les éducateurs canins

Bien entendu, le recours à une éducation bien conduite par des professionnels judicieusement choisis tels que des éducateurs canins, travaillant en général en tandem avec le vétérinaire comportementaliste, est très souvent complémentaire et peut faire partie de la thérapie mise en œuvre avec le consentement éclairé du propriétaire.

Cependant, la santé physique et psychique d’un animal relève de toute évidence de la médecine. S’adresser actuellement en premier lieu à un professionnel reconnu par l’Ordre des Vétérinaires et les écoles vétérinaires est donc pour le public un gage de sérieux, et de compétence professionnelle.

Un diplôme accessible à plusieurs métiers du chien

Enfin, un Diplôme d’École (DE) relation Homme-Chien, dispensé à l’École Vétérinaire d’Alfort, formant à l’éthologie appliquée au chien et à sa relation à l’Homme est accessible aux Éducateurs canins, aux éleveurs, aux Auxiliaires Spécialisées Vétérinaires (ASV), ainsi qu’aux vétérinaires.

En conclusion

Nous ne redirons jamais assez qu’il est fortement conseillé à tout propriétaire désireux de consulter en comportement pour son animal, de s’informer au préalable du cursus et des compétences du professionnel consulté, se présentant comme comportementaliste. Et de s’orienter en priorité vers un vétérinaire compétent ou non en comportement afin d’éliminer un trouble organique préalable.

Les vétérinaires travaillent très souvent en collaboration avec des éducateurs, vers lesquels ils sont aptes à orienter le maître, en première intention (éducation) ou dans une optique de rééducation après diagnostic d’un trouble.