Atrophie rétinienne progressive chez le chien

Définition de l’atrophie rétinienne progressive chez le chien

Elle peut être la conséquence d’un processus acquis non héréditaire, comme un état inflammatoire du fond de l’œil par exemple.

Elle peut également être la conséquence d’un processus héréditaire conduisant à l’évolution progressive de la maladie. Il s’agit d’une anomalie de développement de la rétine aboutissant à une dégénérescence progressive de celle-ci.

retine_oeil_chien

Symptômes, diagnostic et traitement de l’atrophie rétinienne progressive chez le chien

On dénombre deux types d’atrophie rétinienne héréditaire :

L’atrophie rétinienne généralisée (type I)

En France, on la retrouve surtout chez les Caniches nains et miniatures (entre 3 et 5 ans) et chez les Cockers (entre 1 et 3 ans).

Le premier signe alarmant constitue une baisse de la vision crépusculaire et nocturne. Ce symptôme ainsi qu’un examen ophtalmoscopique approprié permet d’établir le diagnostic. La perte de vision devient totale au bout d’un certain nombre d’années. Des médicaments à visée circulatoire peuvent être prescrits par le vétérinaire.

L’atrophie rétinienne centrale (type II)

On la retrouve préférentiellement sur les chiens de travail (Labradors, Briards, Bergers).

L’âge d’apparition varie entre quelques mois et 2 ans. C’est surtout la vision des objets rapprochés qui est mauvaise, la vision périphérique étant conservée. L’examen approfondi de l’œil grâce à un ophtalmoscope permet de préciser le diagnostic. La perte de vision est rare et très tardive. L’évolution de la maladie peut être alors arrêtée, dans la plupart des cas, par l’apport d’aliments riches en taurine (muscles, foie, poisson).

atrophie_retinienne_centrale_chien

Législation de l’atrophie rétinienne progressive chez le chien

L’atrophie rétinienne figure sur la liste des vices rédhibitoires. Dans ce cadre, l’acheteur dispose d’un délai de 30 jours pour porter une action en justice. L’établissement d’un certificat préalable par un vétérinaire n’est pas obligatoire.

Remarques sur l’atrophie rétinienne progressive chez le chien

L’autre terme pour désigner une atrophie rétinienne progressive est la dystrophie des photorécepteurs. Dans la pratique courante, on observe essentiellement des dystrophies des photorécepteurs en bâtonnets (les deux types de cellules visuelles sont les cônes et les bâtonnets).

La rétine est inachevée à la naissance et ne se termine qu’à la septième semaine de l’existence. Avant l’âge de 7 semaines, en présence d’une altération de la rétine, on ne parle pas encore de dystrophie mais de dysplasie.

Lorsque la maladie a évolué, on ne parle plus d’atrophie rétinienne progressive ou de dystrophie des photorécepteurs, mais de dégénérescence de la rétine, à cause des importantes modifications du fond de l’œil.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Votre commentaire

Soyez le premier à donner votre avis !

Rédiger un commentaire

Vous devez d'abord vous connecter pour rédiger un commentaire