Anatomie de l’appareil digestif du chien

Définition de l’appareil digestif du chien

L’appareil digestif ou système digestif du chien est constitué de l’ensemble des organes impliqués dans la transformation des aliments, en vue d’assurer l’apport en nutriments à l’organisme, indispensables à son bon fonctionnement.

Le tube digestif regroupe la bouche, l’oesophage, l’estomac et l’intestin jusqu’à l’anus du chien (c’est-à-dire l’intestin grêle, le côlon et le rectum).

tube-digestif-du-chien

La cavité buccale du chien

cavite-buccale-du-chien

Glossaire de la cavité buccale du chien

Denture : elle comprend l’ensemble des dents du chien.

Epiglotte : languette cartilagineuse triangulaire située derrière la langue qui obstrue le larynx lors de la déglutition (quand le chien avale).

Langue : organe gustatif hébergeant les bourgeons du goût inclus dans les papilles de la muqueuse linguale. Ces papilles procurent à la langue sa texture rugueuse. La langue du chien est moins rugueuse que celle du chat.

Larynx : Organe de la voix, constitué de différents cartilages.

Mandibule : Mâchoire inférieure. Elle s’articule avec le crâne au niveau de l’articulation mandibulaire et porte les dents inférieures, en opposition aux dents de la mâchoire supérieure.

Oesophage : portion du tube digestif transportant les aliments de la bouche à l’estomac.

Palais dur : encore appelé voûte palatine, c’est le plafond osseux situé à l’avant de la cavité buccale du chien. Il est recouvert d’une muqueuse épaisse comportant des reliefs en forme de crêtes qui facilitent le mouvement des aliments vers le pharynx.

Palais mou : encore appelé voile du palais, il est nommé ainsi car il n’est pas osseux mais musculo-membraneux. Il prolonge le palais dur.

Pharynx : encore appelé arrière bouche, il s’agit d’un canal en forme d’entonnoir situé entre la bouche et l’œsophage, au carrefour des voies digestives et respiratoires. Il communique avec le nez et les oreilles.

Les dents du chien

La denture déciduale du chiot

Avant 4 mois, le chiot présente 28 dents déciduales : 12 incisives, 4 canines et 12 prémolaires (dont 6 à la mâchoire supérieure et 6 à la mâchoire inférieure).

La denture définitive du chien

Le chien adulte présente 42 dents permanentes : 12 incisives, 4 canines, 16 prémolaires (dont 8 à la mâchoire supérieur et 8 à la mâchoire inférieure) et 10 molaires (dont 4 à la mâchoire supérieure et 6 à la mâchoire inférieure).

dents-du-chien

Glossaire de la denture définitive du chien

Incisives : elles possèdent une seule racine et ont pour fonction de couper et rogner. Il existe 3 incisives par demi-mâchoire appelées respectivement du centre vers la périphérie : pince, mitoyenne et coin. Leur forme présente l’aspect d’une fleur de lys.

Canines : encore appelées crocs, ce sont les plus fortes et les plus grandes des dents à une seule racine. Elles ont pour fonction de tenir et déchirer.

Prémolaires : elles possèdent de une à trois racines et ont pour fonction de couper, tenir et déchirer.

Molaires : elles possèdent de une à trois racines et ont pour fonction de broyer.

Précarnassières : il s’agit des prémolaires situées avant les carnassières. Leur taille augmente jusqu’à la carnassière.

Carnassières : chez le chien, comme chez le chat, les carnassières sont les dents sécodontes les plus grosses. Chaque paire de carnassières est formée par la quatrième prémolaire supérieure et la première molaire inférieure.

Tuberculeuses : il s’agit des molaires situées après les carnassières. Elles sont plus petites, aplaties et en forme de mamelon.

L’estomac et l’intestin grêle du chien

L’estomac du chien possède trois fonctions essentielles :

• Un rôle de réceptacle permettant de stocker provisoirement les aliments et de les mélanger.

• Un rôle de pré-digestion des protéines alimentaires grâce au suc gastrique.

• Un rôle de vidange des aliments vers l’intestin grêle avec un débit contrôlé favorisant les processus de digestion et d’absorption.

L’intestin grêle du chien a pour fonction d’absorber les nutriments issus de la digestion.

estomac-et-intestin-grele-du-chien

Glossaire de l’estomac et de l’intestin grêle du chien

Antre pylorique : partie basse de l’estomac communiquant avec le duodénum par le polype.

Cæcum : portion du tube digestif en forme de sac chez le chien et le chat, il sépare l’intestin grêle du côlon.

Côlon : autre appellation du gros intestin. Il est séparé de l’intestin grêle par le caecum.

Duodénum : première portion de l’intestin grêle.

Fundus : partie haute de l’estomac, encore appelée grosse tubérosité.

Iléon : dernière portion de l’intestin grêle.

Jéjunum : portion de l’intestin grêle située entre le duodénum et l’iléon.

Oesophage : partie du tube digestif située entre la cavité buccale et l’estomac.

Pylore (ou valve pylorique) : orifice inférieur de l’estomac formant un sphincter et s’ouvrant sur le duodénum.

Le côlon et l’anus du chien

colon-anus-du-chien

Glossaire du côlon et de l’anus du chien

Canal anal : canal situé entre le rectum et l’anus dont la fonction est de retenir les selles grâce à ses muscles sphincters interne et externe.

Muscle sphincter : muscle en forme d’anneau contrôlant le passage de matières (ex : sphincter anal, sphincter de l’estomac).

Rectum : tube musculaire reliant le gros intestin au canal anal dont la fonction est de collecter les selles avant la défécation.

Le foie du chien

Le foie est volumineux et très échancré.

Il est divisé en six lobes principaux (voire sept si on considère que le lobe caudé est divisé en deux parties).

Le lobe moyen porte la vésicule biliaire qui stocke et concentre la bile produite par le foie.

Le foie du chien produit la bile

La bile, liquide jaunâtre, est sécrétée en permanence par les cellules hépatiques (du foie) et acheminée vers le duodénum par les voies biliaires.

De nombreux composants de la bile, dont entre autres les acides biliaires, participent à la digestion des graisses qui se déroule dans l’intestin grêle.

La bile transporte également vers l’intestin grêle les déchets liposoluble provenant du foie.

Le foie du chien détoxifie l’organisme

Le foie représente l’usine de l’organisme

Il a pour rôle de dégrader les molécules toxiques en dérivés non toxiques.

Ceux-ci seront ensuite éliminés par :

• Les reins : les produits hydrosolubles passent dans l’urine via le sang.

• L’intestin : les produits liposolubles passent dans les selles via la bile.

Exemples de transformations effectuées par le foie du chien

• L’ammoniaque

Le foie du chien transforme notamment l’ammoniaque, très toxique pour le système nerveux, en urée qui est ensuite éliminée par les reins. L’ammoniaque est issue de la digestion des protéines, elle provient du côlon et est acheminée vers le foie par la veine porte.

• La bilirubine libre

Les globules rouges âgés sont détruits dans la rate où l’hémoglobine est transformée en bilirubine libre. Elle parvient par le sang au foie qui transforme cette molécule très toxique en bilirubine conjuguée non toxique. Cette dernière représente le composant majoritaire de la bile qui lui donnera sa couleur jaune caractéristique. La bile est ensuite éliminée par l’intestin, elle donne leur couleur marron / jaune aux selles.

Le foie du chien stocke et redistribue les nutriments issus de la digestion

Le foie intervient dans le métabolisme des glucides et des lipides en permettant leur stockage dans ses cellules sous forme de molécules plus complexes :

• Les glucides (glucose, galactose, fructose) sont transformés puis stockés sous forme de glycogène.

• Les lipides sont transformés puis stockés sous forme de triglycérides.

En réponse aux besoins énergétiques de l’organisme, ces molécules sont libérées et transformées dans le sens inverse en glucides simples ou en acides gras (lipides).

Si les réserves de glycogène sont épuisées, les cellules hépatiques ont le pouvoir de synthétiser du glucose, notamment à partir d’acides aminés. Ce processus est nommé néo-glucogénèse.

Le foie du chien synthétise la majorité des protéines sanguines

La majorité des protéines sanguines (facteurs de la coagulation, albumine, toutes les globines telles que l’hémoglobuline et la globuline) sont synthétisées par le foie à partir des protéines issues de la digestion.

Un dysfonctionnement hépatique entraîne donc une chute du taux sanguin de ces protéines avec des répercussions importantes : une chute des facteurs de la coagulation entraîne des hémorragies, un défaut d’albumine entraîne de l’ascite.

foie_chien_1_catedogfoie_chien_2_catedog

Glossaire du foie du chien

Lobes : le foie du chien possède 6 lobes, voire 7 si l’on considère que le lobe caudé est divisé en deux.

Vésicule biliaire : organe de l’abdomen annexé au tube digestif possédant une fonction de réservoir. Stocke la bile sécrétée par le foie dans l’attente d’être utilisée pour la digestion. La vésicule biliaire est ainsi reliée au foie et au duodénum. La bile se déverse dans le duodénum via le canal cholédoque.

La rate du chien

La rate possède plusieurs fonctions :

Les fonctions d’épuration de la rate du chien

La rate du chien joue un rôle de filtration (plus efficace que chez le chat) des cellules fragilisées et des parasites intra-cellulaires ainsi qu’une fonction hémolytique (remodelage des globules rouges circulants, destruction des globules rouges vieillissants…).

Les fonctions métaboliques de la rate du chien

La rate du chien joue entre autres un rôle dans le métabolisme des lipides, du fer…

Le rôle de stockage de la rate du chien

La rate du chien joue un rôle de réservoir sanguin (chez le chien, la rate renferme dans les conditions normales, 10 à 20 % du volume sanguin total), réserve de cellules sanguines, réserve de fer (ensuite utilisé pour la synthèse de l’hémoglobine).

Le rôle hématopoïétique de la rate du chien

La rate du chien joue un rôle dans l’ensemble des phénomènes assurant la production et le renouvellement des cellules sanguines dans l’organisme. Cette activité disparaît chez le chien adulte, elle n’a lieu d’être que durant le développement foetal. On notera toutefois chez le chien adulte, la persistance assez fréquente d’un potentiel hématopoïétique de la rate appelé extramédullaire (lié au fait que des cellules souches circulantes viennent se fixer dans la rate).

Le rôle immunitaire de la rate du chien

La rate du chien joue un rôle essentiel lors de la première exposition de l’organisme à une invasion bactérienne ainsi que dans l’élimination des bactéries. En effet, c’est le principal organe de production des immunoglobuline M.

rate-du-chien

Les maladies du système digestif chez le chien

Cet article vous a-t-il été utile ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Votre commentaire

Soyez le premier à donner votre avis !

Rédiger un commentaire

Vous devez d'abord vous connecter pour rédiger un commentaire