Intoxication alimentaire chez le chat

Les thèmes abordés

Substances à l’origine d’intoxication chez le chat

poison-intoxication-alimentaire-chat

Dans la majorité des cas, les symptômes apparaissent rapidement chez le chat.

Les produits organo-phosphorés et les carbamates

Ces produits composent en partie les insecticides utilisés en agriculture.

Les produits organo-phosphorés et les carbamates peuvent, s’ils sont ingérés, entraîner la mort du chat en quelques minutes.

Les poisons convulsivants

Les poisons provoquant des convulsions chez le chat sont :

• La strychnine utilisée par malveillance. La strychnine était un poison utilisé contre les taupes jusqu’en 2000. Son utilisation est désormais interdit en France mais il en existe toujours et la strychnine est très stable.

• La méthaldéhyde utilisé contre les limaces et comme allume-feu.

• La crimidine utilisé contre les taupes.

Les poisons convulsivants entraînent des symptômes neurologiques variés se manifestant environ entre 30 minutes et 1 heure après l’ingestion par le chat.

Les symptômes chez le chat sont :

• Des tremblements des muscles.

• Des modifications du comportement.

• Une excitabilité.

• Des troubles de l’équilibre.

• Une incoordination des mouvements allant jusqu’à la paralysie.

• Des convulsions et parfois un coma brutal.

Les colliers anti-parasitaires pour chien

Ils ne doivent en aucun cas être destinés aux chats, même en les raccourcissant.

Les colliers anti-parasitaires pour chien risquent d’entraîner chez le chat :

• Une salivation excessive.

• Des vomissements.

• Des coliques.

• Des diarrhées.

• Une toux associée à des difficultés respiratoires.

• Des contractions musculaires involontaires allant jusqu’à la paralysie.

• Une prostration puis un coma pouvant entraîner la mort ou au contraire une excitation associée à des convulsions.

En général, l’évolution est fatale en quelques heures à quelques jours pour le chat.

Si la dose ingérée est faible, on peut observer des symptômes retardés de quelques semaines, par rapport à l’ingestion, se manifestant par une faiblesse musculaire puis une paralysie de l’arrière-train irréversible.

Les insecticides contenant des pyréthrine et des pyréthroïdes de synthèse

Longtemps considérés comme non toxiques, ils ont démontré leur toxicité chez les chats.

Les chats sont notamment plus sensibles à cette intoxication que les chiens.

Les symptômes chez le chat sont neurologiques :

• Des tremblements.

• De l’agitation.

• De l’agressivité.

• Des convulsions dans les cas graves.

Ou plus rarement digestifs :

• Une salivation.

• Des vomissements.

• De la diarrhées.

Le traitement est favorable à la guérison du chat, mais celle-ci est lente (plusieurs jours).

Les raticides

Les raticides contiennent des anticoagulants très toxiques pour le chat, conduisant à des hémorragies multiples, dans les 2 à 10 jours qui suivent l’ingestion.

Les symptômes chez le chat sont :

• Une baisse de forme.

• Une anémie, qui est une diminution de la concentration en hémoglobine des globules rouges entraînant un mauvais transport du dioxygène par le sang. L’anémie est repérable par des muqueuses pâles du chat.

• Des saignements externes (sans dans les urines ou les selles) ou internes (thorax et abdomen).

Le chat doit être conduit rapidement chez le vétérinaire qui instaure un traitement d’urgence par voie intraveineuse, prolongé par un traitement d’une durée de 15 à 30 jours, à base de comprimés.

Les produits ménagers

Les produits ménagers sont particulièrement toxiques pour le chat. La mort du chat peut être rapide.

Les intoxications sont accidentelles et se font essentiellement par ingestion ou par contact avec le produit. Elles se font rarement par inhalation.

Les produits ménagers sont :

• L’eau de javel.

• La soude caustique (nettoyant four, débouche canalisation).

• Le fuel.

• Le white-spirit.

• L’antigel.

• La peinture.

Les symptômes chez le chat sont :

• Une salivation.

• Une difficulté à avaler.

• Un manque d’appétit.

• Des vomissements.

• Une douleur abdominale.

• Une soif excessive.

• Un état de choc.

Le chat doit être conduit rapidement chez le vétérinaire qui instaure un traitement d’urgence. Mais le pronostic est très réservé car ces intoxications sont graves.

Les tranquillisants

Les anxiolytiques, de la famille des benzodiazépines, sont utilisés par l’homme lors d’anxiété ou d’insomnie.

Les anxiolytiques peuvent être avalés par hasard par le chat.

Les symptômes chez le chat sont :

 • Une somnolence.

• De l’agitation.

• Des vomissements.

• Une hyper-salivation.

• Un coma dans les cas graves.

Le risque motel ne survient qu’à une dose très élevée. Le traitement est favorable à la guérison du chat.

L’aspirine et les médicaments contenant du paracétamol

L’aspirine ou acide acétylsalicylique est présent dans de nombreux médicaments comme l’Aspégic, l’Aspirine ou le Solupran.

L’aspirine peut être à l’origine d’intoxications très graves, voir mortelles pour le chat. Il ne faut surtout pas administrer un comprimé ou un sachet de sa propre initiative à son chat.

Les symptômes chez le chat sont :

• Des ulcères gastriques.

• Des vomissements.

• Des douleurs abdominales.

• Une baisse d’appétit.

• Une insuffisance rénale aiguë et une diminution de l’émission d’urine.

• Parfois une anémie.

• De la fièvre.

Sachant que le pronostic vital du chat peut être engagé, ce dernier doit être conduit rapidement chez le vétérinaire qui mettra en place un traitement pour accélérer l’élimination du médicament.

Certains végétaux

Les végétaux concernés sont essentiellement :

• Le ficus, le caoutchouc, le yucca, le dieffenbachia, le poinsettia et le philodendron.

• L’if, le laurier rose et le rhododendron.

• Le millepertuis, la rose de noël, la belladone et la digitale.

• Les primevères et le muguet, la tulipe et la jacinthe.

• L’amaryllis, l’azalée, le cyclamen et le lys.

• Les cactus et le pommier d’amour.

• Les glands du chêne.

• Les champignons vénéneux (les mêmes que pour l’être humain).

• L’oignon, l’ail, l’échalote et le poireau.

En cas d’ingestion par le chat, en fonction de la nature du toxique, des troubles cardiaques, digestifs, rénaux ou neurologiques peuvent apparaître.

Le chat doit être conduit d’urgence chez un vétérinaire qui doit être informé de la nature du végétal ingéré. En cas de suspicion mais d’incertitude d’ingestion, il est également impératif d’en informer le vétérinaire.

Liste exhaustive des plantes toxiques sur : http://www.florealpes.com/choix_toxique.php

intoxication_alimentaire_chat

Premiers soins d’urgence à réaliser en cas de suspicion d’intoxication chez le chat

Dès la suspicion d’intoxication chez le chat, des mesures de précaution s’imposent :

• Ne pas faire boire de lait au chat, susceptible d’accélérer l’absorption de certains toxiques majeurs.

• Ne pas faire vomir le chat en cas d’ingestion d’une substance corrosive (eau de javel, soude caustique).

• Conduire le plus rapidement possible le chat chez un vétérinaire qui administrera le traitement antidote approprié, quand il existe, fera vomir le chat en cas de nécessité.

Le vétérinaire entamera ensuite un traitement symptomatique approprié. C’est-à-dire que le traitement consistera à supprimer les symptômes. Cela nécessitera éventuellement l’hospitalisation du chat.

Il est conseillé d’apporter l’emballage du produit ingéré par le chat ou des reliquats du poison lui-même (par exemple anti-limace) qui peuvent être d’une aide précieuse pour le vétérinaire.

intoxications_chat

Consignes à suivre pour éviter une intoxication chez le chat

• Ranger les produits d’entretien dans des endroits inaccessibles pour le chat.

• Eviter l’automédication avec son chat.

• Surveiller son chat !

Par ailleurs, il faut toujours se souvenir que les intoxications par négligence (produits dangereux accessibles au chat) ou par automédication (administration de paracétamol à un chat par exemple) sont aussi fréquentes que les intoxications par malveillance.

Docteur Laurence Dillière Lesseur, Vétérinaire Comportementaliste

Cet article vous a-t-il été utile ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (8 votes, moyenne : 4,88 sur 5)
Loading...

6 commentaires

  • Ouzna Ouldbenali

    Merci infiniment docteur,je suis parti chez un vitérinaire hier aprés-midi je lui ai montré le chat et m’a dit : »comme ton chat n’a pas vomis ,il ne souffre pas d’une intoxication alimentaire ni de fièvre et son cas n’est pas du tout dangereux , mais une déjestion lente » et il ne ma rien donné comme médicament. Mon chat n’a rien pris ni l’eau ni nouriture depuit avant- hier mais surtout il bouge peu et il vient juste d’avoir une diarrhea et quelques vomisements sous forme de salive « un liquide transparant légèrement mousseux ».Docteur, que dois-je faire?Est-ce mon chat est en danger?

    • Docteur Laurence Dillière Lesseur

      La diarrhée et les vomissements sont au minimum associés à une inflammation du tube digestif (les causes peuvent être multiples) mais c’est l’état clinique du chat et les examens complémentaires éventuels qui permettent d’affiner le diagnostic et donc d’orienter le traitement. D’après ce que vous dites, le vétérinaire n’a pas objectivé de signe alarmant. Dans ce cas, commencez par vermifuger votre chat et administrez-lui un pansement intestinal. L’idéal serait également de lui proposer un aliment hyperdigestible (demandez à votre vétérinaire). Si cela ne va pas mieux, des examens complémentaires s’avèreraient peut-être nécessaires. Sans examiner votre chat, je ne peux malheureusement pas vous en dire plus. Bon courage 🙂

    • Ouzna Ouldbenali

      Bonsoir, merci d’avoir répondu à toutes mes questions.J’ai appelé le vitérinaire et m’a recommandé 2 jours de jeune afin d’éliminer toutes sortes de vers  » parasites » en lui donnant que l’eau de riz.Est-ce vous d’accord ?Merci énormément

    • Docteur Laurence Dillière Lesseur

      Pour des raisons déontologiques, il m’est difficile de vous dire si je suis d’accord avec votre vétérinaire. Une diète est positive pour mettre le tube digestif au repos lors d’inflammation. L’eau de riz peut aider. Je ne sais pas où vous vous trouvez mais il est vrai qu’en cas d’infestation par des parasites, un vermifuge large spectre est ce qu’il y a de plus efficace. J’espère que votre chat va mieux 😉

  • Ouzna Ouldbenali

    Bonjour,je voudrai bien savoir si mon chat est en dangé et souffre d’une intoxication alimentaire car si c’est le cas je le ramènerai vite chez un vitérinaire.ça a commencé hier soir,depuit qu’il a pris du poisson pour le repas ,j’ai remarqué en lui un manque d’appétit et une absence compléte de vomissement mais aussi des modifications du compotement, ça fait au moins une journé qu’il n’a rien mangé,s’il vous plait répondez moi au plus vite possible ,merci infiniment

    • Docteur Laurence Dillière Lesseur

      L’anorexie brutale de votre chat sans vomissements associés n’est pas forcément le signe d’une intoxication alimentaire mais peut être liée à de multiples causes. Le plus sage serait effectivement de le montrer à un vétérinaire pour adapter la prise en charge, d’autant plus que son comportement a changé (fièvre, …?).

Rédiger un commentaire

Merci de respecter la charte de publication du site

Réponse

Votre email ne sera jamais affiché publiquement

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>