Tumeur chez le chien • Cancer • Métastase

Les thèmes abordés

tumeur_chien_chat

Quelle est la différence entre une tumeur bénigne et une tumeur maligne ? Les tumeurs sont-elles toutes cancéreuses chez le chien ? Comment savoir si mon chien a un cancer ? Qu’appelle-ton métastase chez le chien ? Combien de temps peut vivre un chien avec une tumeur ? 

Découvrez nos conseils vétérinaires illustrés et des réponses aux questions que vous vous posez sur les tumeurs malignes et bénignes, le cancer et les métastases chez le chien…

Définition de la tumeur chez le chien

Une tumeur chez le chien, encore appelée néoplasie, désigne l’apparition d’une nouvelle formation tissulaire au sein d’un tissu normal. Ce nouveau tissu, formant une excroissance, apparaît suite à un dérèglement de la multiplication cellulaire.

formation-tumeur-maligne-benigne-cellule-cancer-chien

Attention ! Toutes les tumeurs chez le chien ne sont pas des cancers contrairement à certaines idées reçues.

On reconnaît deux types de tumeurs :

• La tumeur bénigne

• La tumeur maligne

Tumeur bénigne chez le chien

La tumeur bénigne est une tumeur non cancéreuse donc sans gravité pour le chien

La tumeur bénigne est constituée de cellules qui se développent de façon localisée à partir d’un tissu. Elle n’envahit pas les tissus voisins et n’engendre pas de métastases, c’est-à-dire que les cellules qui la composent ne se propagent pas à d’autres parties du corps.

La tumeur bénigne est bien délimitée et a un développement lent. Elle est rarement problématique (1) et (2) sauf si son volume augmente entrainant la compression d’un tissu voisin (3) ou si elle se développe au sein d’un organe vital (4).

definition-tumeur-benigne-intestin-vessie-chien

Après son retrait chirurgical, la tumeur bénigne ne réapparait pas : on dit qu’il y a absence de récidive.

De manière exceptionnelle, elle peut se transformer en tumeur maligne chez le chien.

tumeur-benigne-lipome-chien

Tumeur maligne chez le chien

La tumeur maligne est une tumeur cancéreuse pouvant engager le pronostic vital du chien

La tumeur maligne est constituée de cellules cancéreuses qui se développent également à partir d’un tissu mais de manière anarchique, incontrôlée et illimitée. Ces cellules malignes proviennent d’une cellule défaillante qui a connu plusieurs mutations, pour devenir cancéreuse.

La tumeur maligne est généralement mal délimitée et son développement est plus rapide.

La première tumeur prenant naissance dans l’organisme est appelée tumeur primitive. Ses cellules cancéreuses envahissent toute la région, détruisent les tissus et infiltrent les organes avoisinants. Elles se propagent également à d’autres parties du corps, en circulant dans le sang, pour former une ou plusieurs nouvelles tumeurs : on parle alors de métastase(s), ou de tumeur(s) secondaire(s).

Chaque métastase va ensuite agir, à son tour, de la même façon que la tumeur primitive et former elle aussi une ou plusieurs nouvelles métastases.

Les tumeurs malignes ont tendance à réapparaître après retrait chirurgical par le vétérinaire : il y a dont un risque de récidive.

metastase-tumeur-maligne-cancer-cellule-chien

Les différents stades du cancer

Il existe différents degrés d’extension, appelés “stades” dans l’évolution d’un cancer :

• Stade 1 : la tumeur est unique et de petite taille.

• Stade 2 : la tumeur devient localement plus volumineuse.

• Stade 3 : la tumeur se propage et envahit les ganglions lymphatiques ou les tissus avoisinants.

• Stade 4 : la tumeur dissémine des cellules cancéreuses dans les vaisseaux sanguins : il y a formation d’une ou plusieurs métastases dans d’autres organes à distance de la tumeur primitive.

Stades du cancer ou de la tumeur maligne chez le chien

Le grade du cancer chez le chien

Lors d’un diagnostic de cancer, un prélèvement de tumeur est prélevé et examiné au microscope afin de confirmer sa malignité mais aussi de déterminer son grade.

La ressemblance des cellules cancéreuses est plus ou moins fidèle au tissu d’origine. Ce niveau de ressemblance définit la différenciation de la tumeur et détermine son grade.

Une tumeur est dite “bien différenciée” si sa ressemblance est très proche du tissu d’origine. A l’inverse, une tumeur est dite “peut différenciée” ou “indifférenciée” si sa ressemblance est très différente du tissu d’origine.

Plus la ressemblance est proche du tissu d’origine, plus le grade est bas : plus la tumeur évolue localement et lentement et présente moins de risque de métastaser dans d’autres organes.

Plus la ressemblance est différente du tissu d’origine, plus le grade est élevé : plus la tumeur se développe rapidement et risque de métastaser plus vite dans l’organisme.

Selon le grading de Patnaik, il existe 3 grades histologiques notés de I à III et déterminant l’agressivité de la tumeur maligne.

tumeurs_metastases-cutanees_peau_chien

tumeur_metastases-cutanees_chien

Attention ! Toutes les tumeurs malignes ne sont pas mortelles pour le chien

• Tout dépend du grade des cellules qui les constituent, de leur degré d’extension et de la précocité du traitement. Plus la tumeur sera détectée tôt, plus le chien aura des chances de s’en sortir.

• Certaines tumeurs se propagent plus rarement ou tardivement à d’autres organes mais sont surtout agressives localement. Le risque de métastases est alors plus faible. C’est le cas du friborscarme par exemple, une tumeur cancéreuse se développant dans les tissus avoisinants.

Savoir si une tumeur est maligne ou bénigne

Une analyse histopathologique est nécessaire afin de connaître la nature de la tumeur. Celle-ci peut se faire soit par cyto-ponction soit par biopsie.

La cyto-ponction

La cyto-ponction consiste à prélever des cellules tumorales en les aspirant au moyen d’une aiguille montée sur une seringue. L’intervention se fait, soit en ponctionnant directement dans une masse cutanée soit sous échographie lorsqu’il s’agit d’un organe interne.

analyse-cytoponction-tumeur-maligne-benigne-chat-chien

cytponction-echoguidee-echographie-tumeur-chat-chien

La biopsie

La biopsie consiste à prélever un fragment de tissu ou d’organe sous anesthésie générale. Cette intervention est réalisée :

• Soit au moyen d’un trocart : une ponction est effectuée grâce à une tige métallique cylindrique, coulissant à l’intérieur d’un tube.

• Soit chirurgicalement : un morceau de tissu est prélevé au moyen d’un bistouri.

• Soit par endoscopie : le vétérinaire passe par les voies naturelles (tube digestif, trachée, vessie…) du chien à l’aide d’un endocsope (un instrument flexible muni d’une source de lumière) et prélève un échantillon de tissu grâce à une pince.

La biopsie peut être réalisée en même temps qu’une intervention chirurgicale pour retirer la tumeur.

Suite à la cyto-ponction ou la biopsie, le prélèvement récupéré est ensuite analysé et examiné au microscope dans un laboratoire d’histologie afin de déterminer si la tumeur est cancéreuse ou non. En cas de tumeur maligne, l’histologie permet de préciser son type (carcinome, adénome…) et son degré de gravité : son grade (agressivité et développement plus ou moins rapide de la tumeur) et son stade (avancée du cancer dans l’organisme et présence ou non de métastases).

Si la cytoponction est pratiquement indolore et ne nécessite pas d’endormir le chien, celle-ci ne permet cependant pas d’établir un diagnostic formel à la différence de la biopsie.

Le bilan d’extension

Lorsqu’une hypothèse cancéreuse est confirmée suite à l’analyse histopathologique, des examens médicaux sont ensuite effectués afin d’évaluer l’étendue du cancer et la présence ou non de métastases dans d’autres organes. Cela permet ainsi d’opter pour la prise en charge thérapeutique la mieux adaptée pour le chien. Ce bilan d’extension peut comprendre des analyses sanguines ainsi que des examens d’imagerie médicale comme l’échographie, la radiographie, le scanner ou l’IRM.

radiographie-cancer-tumeur-metastase-poumon-pulmonaire

Principales tumeurs malignes chez le chien

Le lymphome

Le lymphome est le cancer le plus fréquent chez le chien (25% des tumeurs).

Il consiste en une prolifération tumorale de lymphocytes se propageant au sein du système lymphatique et de différents organes internes du chien : les ganglions ou noeuds lymphatiques (notre illustration du ganglion tumoral hypertrophié), le foie, la rate, l’estomac, l’intestin, les reins, les poumons, le système nerveux, le cœur, les yeux, la peau…

En savoir plus : sur le lymphome chez le chien.

Le mastocytome

Le mastocytome est une tumeur maligne, représentant 20% des tumeurs cutanées chez le chien.

Le mastocytome consiste en une prolifération tumorale des mastocytes, cellules essentiellement présentes dans les tissus conjonctifs.

Tumeur mastocytome du menton chez un chien

En savoir plus : sur le mastocytome chez le chien.

Les tumeurs de l’appareil génital du chien

Les tumeurs de l’appareil génital concernent le scrotum, le pénis, le fourreau et les testicules du chien.

La tumeur testiculaire est fréquente chez le chien.

En savoir plus : sur les tumeurs de l’appareil génital chez le chien.

La tumeur mammaire

La tumeur mammaire est très fréquente chez la chienne et est cancéreuse une fois sur deux.

La surveillance régulière ainsi que la palpation des mamelles permet la détection des tumeurs mammaires à un stade débutant. Une opération simple permet alors leur retrait.

L’analyse histologique s’avère nécessaire pour déterminer la nature cancéreuse ou non de la tumeur.

Grosse tumeur mammaire chez une chienne

En savoir plus : sur la tumeur mammaire chez le chien.

La tumeur de l’os

La tumeur de l’os représente 2 à 4% des tumeurs chez le chien et est maligne dans 90% des cas.

La principale tumeur cancéreuse est l’ostéosarcome touchant essentiellement les os longs comme le fémur (80 à 90% des tumeurs osseuses).

En savoir plus : sur la tumeur de l’os chez le chien. 

Symptômes d’une tumeur chez le chien

Comment suspecter un cancer chez son chien ?

Les signes devant alerter le maître sont les suivants :

• Une grosseur anormale dont la taille augmente régulièrement (au niveau du cou, sur l’abdomen…)

• Une plaie ne guérissant pas.

• Des saignements ou des écoulements par la bouche, les narines, la vessie, le vagin ou le rectum.

• Une odeur anormale de l’anus.

• Une mauvaise haleine.

• Des difficultés pour manger ou pour avaler.

• Des difficultés pour respirer, uriner ou déféquer.

• Un refus d’exercice, une perte d’énergie.

• Une perte d’appétit, un amaigrissement.

• Une boiterie persistante.

• Un (des) nodule(s) sur les mamelles.

• Une anomalie de la taille des testicules.

• Des convulsions, des crises d’épilepsie, un comportement obsessionnel, une perte des comportements appris, de l’agressivité.

Cas particuliers de cancers chez le chien

Il existe des cas pour lesquels le cancer ne se manifeste que tardivement : lorsqu’une grande partie de l’organe est envahie par la tumeur (rate) ou qu’une partie importante de l’organe ne fonctionne plus (foie, poumon, rein).

Traitement des tumeurs chez le chien

Suite au diagnostic qui aura permis de déterminer précisément la nature de la tumeur ainsi que son grade et son stade en cas de cancer, le vétérinaire vous exposera les différentes possibilités de traitement, leur coût, leurs contraintes et leurs effets secondaires…

Le vétérinaire dispose de trois outils pour traiter une tumeur chez le chien :

• La chirurgie.

• La radiothérapie.

• La chimiothérapie.

La chirurgie

La chirurgie constitue le traitement exclusif d’un grand nombre de tumeurs, qu’elles soient bénignes ou malignes. Elle consiste à retirer la tumeur lors d’une intervention chirurgicale. Selon les cas, la chirurgie permet soit de réduire le nombre de cellules tumorales dans l’organisme, soit de retirer ces dernières dans leur totalité.

Cependant certaines contraintes existent  :

• La tumeur doit être localisée dans une zone pouvant être opérée. Ainsi une tumeur au milieu du cerveau ne sera pas opérable contrairement à une tumeur de l’intestin, par exemple.

• Un acte chirurgical ne peut traiter qu’une seule tumeur à la fois, c’est-à-dire que si d’autres organes sont touchés par des métastases, un cancer ne sera pas opérable dans sa totalité.

• Le retrait des cellules tumorales dans leur totalité n’est envisageable que lorsque la tumeur est isolée et de petite taille (moins d’un cm3 environ).

• Plus la tumeur est petite et opérée précocement, moins le risque de laisser des cellules tumorales après son retrait est important. Les chances de guérison du chien sont alors supérieures.

• Le retrait chirurgical doit s’opérer sur une large surface, concernant la lésion elle-même et le tissu environnant afin de réduire le risque de récidive : plus la chirurgie est effectuée en retrait de la tumeur (la tumeur est retirée avec une marge de tissu sain allant généralement jusqu’à 2 cm), moins le risque de récidive est élevé.

• Lorsque la tumeur est volumineuse, l’intervention chirurgicale est délicate et nécessite l’intervention d’un spécialiste qui sera sans doute contraint de retirer des structures osseuses et/ou des tissus musculaires avoisinants.

• L’état général du chien doit être favorable, d’autant plus que celui-ci est anesthésié et qu’il existe des risques d’infection durant l’intervention.

Chirurgie d'une tumeur de l'intestin chez un chien

La radiothérapie

Le vétérinaire peut avoir recours à la radiothérapie en cas de tumeur maligne chez un chien.

La radiothérapie consiste à diriger des rayons sur une tumeur dans le but de détruire les cellules qui la composent et donc de bloquer leur capacité à se multiplier. Cette irradiation détruit les cellules tumorales tout en épargnant les tissus qui l’entourent.

La radiothérapie s’utilise sans chirurgie lorsque la lésion est petite, très sensible aux rayons et ne peut faire l’objet d’une chirurgie large. Elle s’utilise également en complément de la chirurgie lorsque la tumeur présente un risque élevé de récidive locale.

Il existe également des contraintes :

• Comme pour la chirurgie, le traitement ne peut se faire que sur un seul site tumoral, son objectif étant de limiter les risques de récidive locale. La radiothérapie n’a donc aucun effet sur la formation de métastases.

• Le chien doit subir une anesthésie générale et être hospitalisé durant une période comprise entre une et quatre semaines.

• Il existe un risque d’inflammation ou de brûlure à court terme et un risque de fibrose ou de nécrose des cellules et tissus sains à long terme suite au traitement.

radiotherapie_tumeur_chien

La chimiothérapie

Le vétérinaire peut également avoir recours à la chimiothérapie en cas de tumeur maligne chez un chien.

La chimiothérapie désigne l’administration de médicaments, soit par injection ou perfusion soit par voie orale, qui agissent sur les cellules cancéreuses. Le traitement a pour but de détruire les cellules cancéreuses ou de stopper leur multiplication dans tout l’organisme du chien.

La chimiothérapie est indiquée dans les cancers à foyers multiples (sang, ganglions). Elle peut également être mise en œuvre, en complément de la chirurgie, pour les tumeurs qui produisent des métastases.

En savoir plus : sur la chimiothérapie anticancéreuse chez le chien.

chimiotherapie-tumeur-cancer-chien

Pronostic des tumeurs chez le chien

En cas de tumeur bénigne chez le chien

Le pronostic d’une tumeur bénigne est généralement bon étant donné que la tumeur est bien localisée.

Il est cependant réservé lorsque :

• La tumeur est volumineuse et que sa masse a comprimé et endommagé un tissu vital voisin.

• La tumeur s’est développée au sein d’un organe indispensable au bon fonctionnement de l’organisme.

En cas de tumeur maligne chez le chien

Vous pourrez discuter avec le vétérinaire afin d’y voir plus clair concernant le pronostic du cancer, les chances de guérison complète ou de survie, la durée de rémission de votre chien…

Le pronostic d’un cancer dépend de plusieurs facteurs :

• Le type de la tumeur c’est-à-dire sa nature histologique : pour exemple, dans la catégorie des méningiomes (tumeurs cérébrales affectant principalement les chiens âgés, en particulier le Boxer et le Golden Retriever), les méningiomes transitionnels, psammomateux et méningothéliaux sont de meilleur pronostic que les autres sous-types de méningiomes.

• Le grade de la tumeur : son agressivité et son développement plus ou moins rapide.

• Le stade du cancer (1, 2, 3 ou 4) : son avancée dans l’organisme du chien et la formation ou non de métastase(s) à distance de la tumeur primitive.

• L’expression des symptômes : respiratoires, urinaires, digestifs, oculaires…

• La localisation de la tumeur : la possibilité de retirer une tumeur dans sa totalité par la chirurgie (on parle alors de tumeur résécable) qui est un facteur pronostique important, dépend principalement de la localisation de la tumeur. Pour exemple, le pronostic d’une tumeur du pancréas variera entre autres en fonction de sa localisation dans le pancréas et donc de la possibilité ou non d’opérer.

La rémission

La rémission désigne l’absence de signes cliniques du cancer après un traitement. Elle dépend essentiellement de la réponse tumorale : un chien dont la tumeur maligne répond peu ou pas du tout au traitement ne présentera qu’une rémission partielle et aura une espérance de vie courte. A l’inverse, un chien dont la tumeur maligne répond bien au traitement aura des chances de présenter une rémission complète et aura une espérance de vie plus longue.

La guérison

La guérison n’est envisageable que si la tumeur maligne a été décelée précocement, qu’elle ne s’est pas propagée à d’autres organes (métastases) et qu’elle répond bien au traitement. De plus, on considère que la guérison du chien ne devient réelle qu’après 2 ans de rémission.

Prédisposition génétique pour les tumeurs

Certaines races de chiens sont prédisposées à les développer :

• Le Boxer est prédisposé pour les mastocytomes de la peau, les tumeurs de la thyroïde, du cerveau, des ganglions (lymphome).

• Le Berger allemand est prédisposé pour les hémangiosarcomes de la rate, les tumeurs des testicules et de la bouche.

• Le Schnauzer est prédisposé pour les épithélioma des doigts.

• Le Caniche et le Cocker sont prédisposés pour les tumeurs de la bouche.

• Les grandes races, en général (plus de 35 kg à l’âge adulte), sont prédisposées pour les tumeurs des os (ostéosarcomes).

radiographie-osteosarcome-osteolyse-os-cubitus-chien

• Les petites races sont prédisposées aux fibrosarcomes.

Certains types de tumeurs possèdent une fréquence plus élevée.

Le succès du traitement, en cas de tumeur, dépend de la précocité du diagnostic.

Comment prévenir le cancer chez le chien

Les causes du cancer chez le chien étant multifactorielles, une prévention spécifiquement ciblée paraît difficile.

Mais à l’instar de l’humain, des facteurs hygiéniques favorisent très probablement la réduction du risque d’apparition de cancers.

Une alimentation saine, des sorties régulières favorisant l’exercice physique chez le chien, une pollution maîtrisée, une surveillance médicale ainsi que des soins réguliers sont à conseiller fortement.

Dénomination des tumeurs chez le chien

Il existe plusieurs manières de dénommer les tumeurs bénignes et malignes :

• Selon la situation anatomique de la tumeur.

• Selon la nature du tissu d’origine de la tumeur.

• D’après le nom du “découvreur” de la tumeur.

• Autres dénominations de tumeurs.

Selon la situation anatomique de la tumeur

On prend comme référence le nom de l’organe dans lequel se développe la tumeur.

Exemples : tumeur de l’intestin, tumeur de la rate, tumeur cérébrale

Selon la nature du tissu d’origine de la tumeur

Le nom de la majorité des tumeurs bénignes et de certaines tumeurs malignes portent le suffixe “ome”.

Ce qu’il faut retenir :

• Lorsqu’une tumeur bénigne et une tumeur maligne portent le même nom, on les différencie en remplaçant le suffixe “ome” par carcinome ou sarcome pour les tumeurs malignes.

• Les carcinomes désignent les cancers se développant aux dépens d’un tissu épithélial.

• Les sarcomes désignent les cancers se développant aux dépens du tissu conjonctif.

Exemples de dénominations de tumeurs :

• Un lipome est une tumeur bénigne du tissu graisseux.

• Un liposarcome est une tumeur maligne d’origine conjonctive constituée de cellules graisseuses.

• Un adénome est une tumeur bénigne qui se développe au niveau d’une glande (rein, testicule…) ou de certaines muqueuses glandulaires (utérus, rectum…). Exemples : adénome de la thyroïde, adénome de l’hypophyse.

• Un adénocarcinome est une tumeur maligne se développant aux dépens d’un épithélium glandulaire (exemple : adénocarcinome du pancréas, adénocarcinome de la glande surrénale).

• Un adénosarcome est une tumeur maligne se développant aux dépens du tissu conjonctif et de l’épithélium d’une glande (exemple : adénosarcome de l’ovaire).

D’après le nom du “découvreur” de la tumeur

Parfois la tumeur porte le nom de la personne qui a été la première à la décrire.

Exemple : le syndrome de Zollinger Ellison, du nom des deux chercheurs ayant mis en évidence ce syndrome, correspond à une tumeur située au niveau du pancréas.

Autres dénominations de tumeurs

Les cancers du sang sont appelés leucémies.

Les cancers du système lymphatique sont appelés lymphomes.

Les cancers des plasmocytes sont appelés myélomes multiples.

En savoir plus sur la formation d’une tumeur

tumeur_chien_©catedog

Alimentation du chien souffrant d’un cancer

Votre chien a un cancer ? Les aliments diététiques recommandés ci-dessous sont adaptés aux besoins du chien atteint d’un cancer ou traité par chimiothérapie ou radiothérapie. Il s’agit d’aliments thérapeutiques.

Un aliment thérapeutique fait partie intégrante du traitement de votre chien. Celui-ci est prescrit par votre vétérinaire qui aura préalablement diagnostiqué une tumeur maligne.

En fonction du stade du cancer que votre vétérinaire aura établi grâce aux examens complémentaires réalisés, l’alimentation thérapeutique peut avoir un impact direct sur le mieux-être de votre chien. C’est pourquoi il est important de suivre rigoureusement les consignes de votre vétérinaire.

Comme complément au traitement du cancer, nous vous recommandons de nourrir votre chien avec l’un des aliments diététiques suivants :

alimentation-nourrir-chien-cancer-convalescence-specific

Specific Omega Plus Support CΩD All ages Dog

Aliment complet assurant le soutien de la fonction immunitaire. Il est particulièrement indiqué chez le chien affaibli (cancer et convalescence). Taux particulièrement élevés en EPA et DHA : deux acides gras Oméga-3 issus de l’huile de poisson et en GLA – un acide gras Oméga-6 issu de l’huile de bourrache. Densité énergétique élevée, teneurs importantes en nutriments essentiels, haute digestibilité et excellente appétence. Attention : aliment thérapeutique comportant diverses contre-indications et ne devant être administré à votre chien qu’après prescription par votre vétérinaire

alimentation-nourrir-chien-cancer-convalescence-hills

Hill’s Prescription Diet n/d Canine

Aliment complet contenant une formule unique pour soutenir le chien atteint d’une maladie grave telle qu’un cancer. Aide le chien à mieux se rétablir d’états de faiblesse avancés comme lors d’un cancer ou de traitements anticancéreux. Augmente le temps de survie et améliore la qualité de vie du chien dont le cancer est traité par chimiothérapie ou radiothérapie. Aide à inverser les anomalies métaboliques du cancer chez le chien. Attention : aliment thérapeutique comportant diverses contre-indications et ne devant être administré à votre chien qu’après prescription par votre vétérinaire

alimentation-nourrir-chat-cancer-convalescence-specific

Specific Omega Plus Support F/C-IN-W All ages Dog & Cat

Aliment complet assurant le soutien de la fonction immunitaire. Il est particulièrement indiqué chez le chien affaibli (cancer et convalescence). Teneurs élevées en énergie, matières grasses, protéines et autres nutriments essentiels pour favoriser la récupération et compenser la faible prise alimentaire chez le chien dont les besoins sont accrus et dont l’appétit est diminué. Ingrédients hautement digestibles pour assurer l’absorption optimale des nutriments. Contient des β-1,3/1,6-glucanes et des teneurs élevées en acides gras Oméga-3. Texture très fine adaptée à l’alimentation assistée à la seringue. Attention : aliment thérapeutique comportant diverses contre-indications et ne devant être administré à votre chien qu’après prescription par votre vétérinaire

bande-blanche

achat-sante-conseil-veterinaire-chien

Toutes les tumeurs chez le chien

Sujets en lien avec les tumeurs chez le chien

bande-blancheVous vous posez une question sur les tumeurs malignes et bénignes, le cancer ou les métastases chez le chien ? N’hésitez pas à vous tourner vers votre vétérinaire, le professionnel de la santé de votre chien 🐶

bande-blancheDocteur Laurence Dillière Lesseur, Vétérinaire Comportementaliste

👍 Pensez à informer votre entourage en partageant cet article facile à comprendre grâce aux photos et illustrations 👍

Donnez votre avis :


1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (38 votes, moyenne : 4,84 sur 5)
Loading...

2 commentaires

  • Lena Rene

    Plait qui ne guerit pas apres 14 jrs antibiotiques,
    Plait a des ecoulement et un peu de sang je crois
    Mais je dois lui faire un pensement et l’odeur est res forte

    Pouvez-vous me conseiller

    Il a 12 ans un Golden

    • Docteur Laurence Dillière Lesseur

      Tout dépend de la plaie et de son aspect. Je vous conseille de recontacter votre vétérinaire. Il faut peut-être changer d’antibiotique, faire un prélèvement pour réaliser un antibiogramme, ou encore réaliser un geste chirurgical…

Les commentaires et questions sont provisoirement fermés. Merci de votre compréhension

Rédiger un commentaire

Merci de respecter la charte de publication du site.
Attention : votre commentaire sera visible par tous.

Réponse

Votre email ne sera jamais affiché publiquement

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>